Actualisé 02.07.2015 à 11:17

Afghanistan Les tueurs de Farkhunda ne seront pas pendus

La Cour d'appel de Kaboul a annulé la peine capitale pour quatre hommes coupables d'avoir lynché une jeune femme, accusée à tort d'avoir brûlé un Coran.

La jeune Afghane de 27 ans avait été battue à mort, puis brûlée et jetée dans le lit d'une rivière de Kaboul par une foule furieuse qui l'accusait d'avoir profané le livre saint de l'islam. Son calvaire avait suscité un vif émoi en Afghanistan ainsi qu'à l'étranger.

Les juges du Tribunal de première instance des «crimes contre la sécurité nationale» avaient condamné en mai à l'unanimité les quatre hommes à la peine capitale par pendaison pour ce meurtre. Parmi les quatre condamnés figure un mollah autoproclamé, Zainul Abiddin, qui vendait des amulettes près d'une mosquée et qui a été à l'origine du déchaînement de violences contre la jeune femme.

Mais lors d'une audience organisée en toute discrétion à la Cour d'appel de Kaboul cette semaine, «trois accusés ont vu leur peine réduite à 20 ans de prison et le quatrième à 10 ans», a indiqué à l'AFP Nasir Mourid, président de la Cour.

Mujibullah, le frère de Farkhunda, a révélé de son côté que la famille de la jeune femme n'avait «pas été informée» de la décision de la Cour d'appel. «Et quelle que soit la décision des juges, nous ne l'acceptons pas», a-t-il expliqué.

L'enquête a révélé que Farkhunda n'avait jamais brûlé le Coran, mais plutôt dénoncé les activités de ce vendeur d'amulettes comme étant non conformes à l'islam. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!