Vaud: Les urnes décideront qui paiera pour votre dentiste
Actualisé

VaudLes urnes décideront qui paiera pour votre dentiste

Les Vaudois se prononcent le 4 mars sur l'idée d'une assurance dentaire obligatoire. Tour d'horizon des arguments pour et contre.

par
Pauline Rumpf

Le canton de Vaud pourrait être pionnier le 4 mars prochain: s'il vote «oui», il disposera d'une assurance dentaire de base pour tous les citoyens. Des textes similaires ont été déposés à Genève, Neuchâtel, en Valais et au Tessin.

Fondé sur le modèle des assurances sociales, le projet mettrait à contribution employeurs et salariés de façon égale, au travers d'une prime calculée en proportion du salaire. Les projections l'estiment à 15 ou 20 fr. pour un salaire de 5900 fr.

Soins hors de portée pour certains

«Entre le renoncement pour raisons financières estimé à 10% et le tourisme dentaire à 15 ou 20% de la population, on se rend compte du nombre de gens qui ne peuvent pas s'offrir ces soins de base», expose Brigitte Crottaz, médecin et future parlementaire socialiste, membre du comité d'initiative. Dans son camp, on retrouve nombre de professionnels de la santé, les Verts, le PS, le PDC, Solidarités Vaud, le POP et une partie du gouvernement.

Des soins dentaires trop chers: témoignages

Les Vaudois se prononcent le 4 mars sur l’idée d’une assurance dentaire obligatoire. Tour d’horizon des arguments pour et contre.

Une couverture limitée

Flashmob OUI pour le remboursement des soins dentaires

À 13h, une centaine de militant-e-s pour le OUI au remboursement des soins dentaires ont convergé vers la Place de l-Europe à Lausanne, pour réaliser une grande flashmob. Un grand OUI a été ainsi réalisé avec des pancartes portées par les militant-e-s afin d-appeler les vaudois-e-s à voter largement en faveur de l-initiative pour le remboursement des soins dentaires le 4 mars 2018.

Les opposants, ce sont les dentistes eux-même, mais aussi le PLR, l'UDC, les Verts'libéraux et une partie de l'économie. Ils rappellent que 70 000 Vaudois touchent déjà des aides pour leurs soins dentaires. «Cette assurance est trompeuse: le catalogue de soins couverts est limité, excluant implants, couronnes et orthodontie», met en garde Bertrand Dubrez, président de la société vaudoise des dentistes. Celle-ci craint par ailleurs une explosion de la demande et donc des coûts, à l'instar du système de la LaMal.

Des votations cantonales et une fédérale

Le thème de la transparence de la vie politique est porteur dans le pays. Si Fribourg s'apprête à trancher, plusieurs cantons l'ont déjà fait ou le feront bientôt. Les citoyens de Bâle-Campagne et d'Argovie ont rejeté de telles initiatives en 2013 et 2014, tandis que les Tessinois, les Genevois et les Neuchâtelois ont accepté de mettre en place une réglementation en ce sens. Au niveau fédéral, un texte similaire a abouti fin 2017 et atterrira donc prochainement dans les urnes.

Ton opinion