Actualisé 02.04.2013 à 19:44

Corée du NordLes USA déploient une plate-forme antimissile

Les Etats-Unis ont mis en place un radar de défense antimissile balistique pour détecter depuis le Pacifique d'éventuels lancements de missiles nord-coréens.

Ce radar en bande X, monté sur une plate-forme semi-submersible surmontée d'un énorme radôme, devrait se positionner à l'est du Japon et de là être en mesure de détecter tout lancement et suivre la trajectoire de tout missile lancé depuis la Corée. Ce déploiement a été qualifié de «routine» par un responsable américain de la Défense. Il a par ailleurs souligné que le déploiement du destroyer antimissile USS McCain (BIEN McCain) était lié à la crise qui agite la péninsule coréenne.

Dans ce qui s'apparente à une diplomatie de la canonnière, les Etats-Unis ont multiplié ces derniers jours les annonces concernant les mouvements d'équipements militaires. Le Pentagone a ainsi rendu public le vol de bombardiers B-52 et surtout de bombardiers furtifs B-2 au-dessus du territoire sud-coréen ainsi que l'envoi sur la base d'Osan en Corée du Sud de deux F-22 Raptor, les chasseurs furtifs les plus avancés de l'arsenal américain.

Ces deux appareils ne devraient en revanche pas participer à l'exercice annuel «Foal Eagle» américano-sud-coréen, qui doit durer jusqu'au 30 avril, mais être en simple «présentation statique» pour informer les responsables militaires sud-coréens sur ces capacités, selon un responsable de la Défense.

Si la Corée du Nord multiplie chaque jour les déclarations belliqueuses, annonçant ainsi mardi qu'elle redémarrait un réacteur nucléaire mis à l'arrêt en 2007, la Maison Blanche a fait savoir lundi que cette «rhétorique» n'était accompagnée d'aucun geste présageant d'une action militaire d'ampleur. Le site internet des forces américaines en Corée --où sont stationnés 28'500 militaires américains-- était par ailleurs inaccessible mardi matin, a constaté l'AFP. Le Pentagone n'était pas en mesure d'en préciser la raison dans l'immédiat. (afp)

Remise en marche de sites nucléaires

La Corée du Nord a franchi une nouvelle étape mardi dans son bras de fer avec la communauté internationale en annonçant que toutes les installations nucléaires du pays seraient redémarrées. Les Etats-Unis ont eux positionné près des côtes de la Corée du Sud un destroyer capable d'intercepter des missiles. Parmi les sites que la Corée du Nord va reconstruire et remettre en marche figurent un réacteur de cinq mégawatts et un site d'enrichissement d'uranium, tous deux situés à Yongbyon et mis en veilleuse en 2007, précise l'agence de presse officielle KCNA.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!