Actualisé 31.03.2017 à 00:39

Terrorisme

Les USA vont étendre leurs frappes en Somalie

L'administration Trump souhaite augmenter la pression sur les Shebab en accordant de nouveaux pouvoirs aux militaires américains.

1 / 150
Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)

Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)

AFP
L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)

L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)

AFP
Donald Trump continue sa guerre contre James Comey, accusant l'ex-chef du FBI  de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, (Dimanche 11 juin 2017)

Donald Trump continue sa guerre contre James Comey, accusant l'ex-chef du FBI de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, (Dimanche 11 juin 2017)

AFP

La nouvelle administration américaine étend les pouvoirs donnés aux GI's pour mener des frappes en Somalie. Objectif: augmenter la pression sur les insurgés islamistes shebab liés à Al-Qaïda.

Selon les explications d'un responsable du Pentagone, données jeudi sous couvert d'anonymat, les nouveaux pouvoirs accordés aux militaires américains leur permettront de ne plus avoir à justifier d'une légitime défense pour mener leurs frappes aériennes et de pouvoir mener des bombardements d'une nature plus offensive. Ils donnent aussi une autonomie de décision plus grande sur ces frappes au chef des forces américaines en Afrique, le général Thomas Waldhauser.

«Le président Donald Trump a approuvé une proposition du département de la défense de mener des actions de feu additionnelles en soutien» à l'Amisom, la force internationale de l'Union africaine déployée dans le pays, a communiqué le porte-parole du Pentagone Jeff Davis.

Une quinzaine de frappes

La décision est conforme à la tendance actuelle de l'administration Trump de lâcher la bride aux militaires en leur accordant davantage d'autonomie de décision et en autorisant des frappes de nature plus offensive dans certains pays.

En 2016, les soldats américains ont mené une quinzaine de frappes de drones en Somalie contre les shebab, selon les statistiques du «Bureau of investigative journalism», une ONG britannique qui compile les données sur les frappes de drones américaines. Ces frappes ont tué de 223 à 311 personnes, essentiellement des shebab. selon ces statistiques. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!