Suisse: Les vacances du Conseil fédéral menacées
Actualisé

SuisseLes vacances du Conseil fédéral menacées

L'actualité britannique et la nécessité de trouver un accord avec l'Union européenne sur l'immigration vont peser sur les vacances des Sept Sages.

par
Pascal Schmuck
Zurich
Johann Schneider-Amman a programmé une séance du Conseil fédéral durant les vacances d'été.

Johann Schneider-Amman a programmé une séance du Conseil fédéral durant les vacances d'été.

photo: Keystone

Le calendrier est clair, avec le 23 juin la votation de la Grande-Bretagne sur le Brexit et le 6 juillet, la dernière séance du Conseil fédéral avant les vacances d'été. Mais Johann Schneider-Amman a réservé une surprise à ses collègues, comme l'explique le Blickdans son édition du 15 juin.

Le patron du Département fédéral de l'économie (DFE) a programmé une séance supplémentaire le lundi 18 juillet. Mais cette dernière n'est que provisoire et n'est prévue qu'en cas de percée de négociations avec l'Union européenne (UE) dans la libre circulation, selon des sources recueillies par le tabloïd alémanique.

La Chancellerie fédérale n'a pas voulu confirmer l'existence de cette séance supplémentaire, soulignant que le Conseil fédéral avait toujours ce genre de possibilité. Une séance peut être rapidement organisée et se tenir par téléphone.

Rien avant septembre?

Le scénario d'une solution entre le vote britannique et la dernière séance du Conseil fédéral est pourtant ardemment souhaité à Berne. Simonetta Sommaruga et Didier Burkhalter se montrent confiants «ce qui est un indice qu'ils ont un atout dans leur manche», espère Martin Landolt, le président du PBD.

Et Roland Büchel (UDC/SG), président de la commission de politique extérieure (CPE) du Conseil national, ajoute qu'«en raison des signaux émis par le Conseil fédéral, nous sommes optimistes de voir émerger une solution cet été».

Un entrain que vient doucher sa collègue du CPE Kathy Riklin (PDC/ZH). «Il n'y a rien à attendre avant septembre. Officiellement, les négociations sont au point mort jusqu'au lendemain du vote sur le Brexit. Mais je suis convaincue que nos Conseillers fédéraux ont reçu une sorte de promesse.»

Ton opinion