Votations cantonales: Les Valaisans bannissent la fumée des bistrots

Actualisé

Votations cantonalesLes Valaisans bannissent la fumée des bistrots

Les Valaisans ont exclu la cigarette des établissements publics en acceptant à plus de trois contre un dimanche la loi cantonale sur la santé.

Appelés aux urnes par voie de référendum, les citoyens ont confirmé une volonté politique clairement exprimée dans le canton.

Acceptée par 82 046 voix contre 26 280, avec une participation de 57,25%, la loi cantonale sur la santé a interpellé la population surtout par son volet fumée passive. Elle entrera en vigueur le 1er juillet 2009 et interdira la fumée dans tous les établissements publics, même les plus petits, y compris les bars et discothèques.

Les bistrots pourront disposer de fumoirs ventilés mais sans service. De plus, la publicité pour le tabac sera interdite dans le canton. Ces dispositions dotent le Valais d'une législation plus restrictive que la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif.

Haut-Valais plus réticent

Le «oui» à la nouvelle législation l'emporte largement dans l'ensemble du canton mais plus nettement dans la partie francophone où il recueille plus de 80% des avis. Dans le Haut-Valais, d'où est parti le référendum, le «oui» recueille 67% des suffrages.

Seules deux communes haut-valaisannes ont refusé la nouvelle loi. Une dizaine d'autres, également situées dans la partie germanophone du canton, l'ont acceptée du bout des lèvres.

Volonté politique

Les Valaisans ont dû se prononcer sur la loi sur la santé en raison d'un référendum déposé en juin dernier. Les référendaires, contestaient l'absence d'un véritable débat sur la fumée passive et s'opposaient aux restrictions individuelles.

Pour mémoire, les articles sur la fumée passive devaient faire l'objet d'une loi spécifique mais ont été intégrés in extremis à la loi sur la santé sous la pression des démocrates-chrétiens au Grand Conseil. Le 14 février dernier, la loi a été acceptée par le parlement par 75 voix contre 31 et 9 absentions.

Face aux référendaires, la résistance s'est organisée. Quelque 300 personnes, dont une centaine de médecins, ont constitué un comité de soutien à la loi valaisanne sur la santé. Quant aux principaux partis politiques du canton, ils ont appelé officiellement la population à accepter la nouvelle législation. (ats)

Ton opinion