Actualisé 27.01.2011 à 14:47

Santé en SuisseLes Valaisans vivent plus longtemps

Si la consommation excessive d'alcool est supérieure chez les Valaisans, leur santé est jugée bonne et leur espérance de vie, l'une des meilleures du monde.

Comme les Suisses, les Valaisans sont en bonne santé et leur espérance de vie est une des meilleures du monde. Ils meurent principalement de maladies cardiovasculaires ou de cancers, indique le 4e Rapport sur l'état de santé des Valaisans, présenté jeudi à Sion (VS).

Les décès par maladies cardiovasculaires représentent 34% (37% en Suisse), ceux par cancers 27% (27%) et ceux par morts violentes 7% (6%). Ces chiffres sont en constante diminution depuis 1990.

Cette baisse se traduit par une augmentation continue de l'espérance de vie. Elle atteint 79 ans chez les hommes et 83,9 ans chez les femmes, a indiqué George Dupuis, chez du Service valaisan de la santé.

Les cancers les plus mortels sont, pour la femme, le cancer du sein (19,8%), du poumon (10,8%) et du côlon/rectum (10,4%). Pour l'homme, les premiers rangs sont occupés par le cancer du poumon (23,3%), de la prostate (12,9%) et du côlon/rectum (9,6%).

Trop d'alcool

Les chiffres concernant l'excès de poids et ses conséquences inquiètent le service valaisan de la santé: près d'un homme sur deux et d'une femme sur trois sont en surpoids ou obèses.

Le problème gagne du terrain ces quinze dernières années, comme partout en Suisse, et entraîne notamment une hausse du diabète. Une maladie «qui touche actuellement une personne sur vingt en Valais», a souligné Arnaud Chiolero, médecin épidémiologue de l'Observatoire valaisan de la santé.

Quant à l'alcool et au tabac, ils continuent à peser sur la santé des Valaisans, même si leur consommation a diminué. «La consommation excessive d'alcool reste supérieure à la moyenne nationale», a précisé Arnaud Chiolero, soit 9% pour les hommes (5,7% Suisse) et 5,2 % pour les femmes (4,6%).

5 millions de francs

Les rapports sur l'état de santé de la population valaisanne sont réalisés par l'Observatoire valaisan de la santé (OVS) en collaboration avec l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne (IUMSP). Parus en 1996, 2000, 2004 et en 2010, ils servent de document de référence au gouvernement pour définir ses axes de politique sanitaire.

Sur la base de ce quatrième rapport, le Conseil d'Etat valaisan a adopté un programme-cadre pour les années 2011-2014. «Il définit trois axes de promotion de la santé et de prévention absolument prioritaires», a indiqué Maurice Tornay, chef du département valaisan de la santé.

Il s'agit de la promotion d'une alimentation saine et de l'activité physique, de la réduction de la consommation abusive d'alcool et de drogue et de la promotion de la santé mentale. Pour Maurice Tornay, «le combat pour la santé continue» avec la satisfaction de voir les quelque «cinq millions de francs investis chaque année dans la prévention» porter leurs fruits. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!