DONNÉES RELATIVES À LA CONDUITE: Les véhicules seront-ils vraiment dotés d’une boîte noire à partir de juillet?
L’enregistreur de données d’événement fera son apparition à partir de juillet 2022 dans les véhicules de conception nouvelle et, en principe, à partir de 2024 dans toutes les voitures neuves.

L’enregistreur de données d’événement fera son apparition à partir de juillet 2022 dans les véhicules de conception nouvelle et, en principe, à partir de 2024 dans toutes les voitures neuves.

iStock
Publié

DONNÉES RELATIVES À LA CONDUITELes véhicules seront-ils vraiment dotés d’une boîte noire à partir de juillet?

À partir de juillet, les nouveaux modèles de voitures seront équipés d’une multitude de fonctions de sécurité. Cela va des assistants de maintien de trajectoire et de vitesse montés de série aux systèmes de contrôle qui empêchent le démarrage du véhicule en cas de consommation excessive d’alcool. L’expert de l’UPSA connaît les détails.

par
Markus Peter

Question d’un lecteur de «20 minutes»

Nous en avons discuté avec des collègues: est-il vrai qu’un enregistreur de données d’accident – c’est-à-dire une boîte noire comme dans les avions – devra bientôt être installé? Si tel est le cas, qu’adviendra-t-il des données enregistrées et qui pourra les utiliser/analyser?

Réponse de Markus Peter de l’L’Union des professionnels suisses de l’automobile (UPSA)*

C’est exact, on trouvera bientôt de plus en plus de boîtes noires dans les voitures. Comme le souhaite la Commission européenne, tous les véhicules neufs devront être équipés de divers nouveaux assistants de sécurité et d’un enregistreur de données d’événement normalisé à partir de 2024. Dans les voitures de conception nouvelle – et d’ailleurs aussi dans les véhicules utilitaires légers – ces dispositifs auxiliaires intelligents devraient ouvrir la voie à la conduite automatisée dès juillet 2022 et donc être montés de série. Ces directives européennes s’appliquent également aux véhicules vendus en Suisse.

Les innovations exigées pour une plus grande sécurité routière sont en principe incontestées, car les assistants de maintien de trajectoire et de vitesse sont des aides ingénieuses. Une seule innovation pourrait donner du fil à retordre aux personnes chargées de la protection des données: l’enregistreur de données d’événement. Ce dernier recouvre différentes appellations, du terme anglais officiel «Event Data Recorder (EDR)» à «boîte noire», en passant par «enregistreur de données d’accident». Quel que soit le terme utilisé, le sens est le même: il s’agit d’un dispositif électronique à bord du véhicule qui enregistre les données pertinentes cinq secondes avant un événement (ou un accident) et jusqu’à la fin de celui-ci. Contrairement à la boîte noire des avions, les données ne sont donc pas enregistrées de manière permanente, mais presque constamment écrasées par de nouvelles données tant qu’aucun événement particulier ne se produit. Parmi les données collectées figurent notamment la vitesse, la décélération, l’accélération, la position du véhicule ainsi que diverses fonctions du véhicule telles que des informations sur les airbags, les phares et les clignotants. Les données ne sortent en principe pas de la voiture ou, plus précisément, de l’EDR. Elles peuvent toutefois être lues par les autorités, notamment par la police, et utilisées pour analyser les accidents.

Les données collectées telles que la vitesse, la décélération, l’accélération, la position du véhicule, etc. ne sortent en principe pas de l’EDR. Elles peuvent toutefois être lues par les autorités, notamment par la police, et utilisées pour analyser les accidents.

Markus Peter, UPSA

C’est là que l’aspect de la protection des données entre en jeu. En effet, d’autres instances telles que les assurances souhaiteraient pouvoir accéder à ces données stockées dans l’EDR pour d’éventuels recours en cas de conduite irresponsable. Selon le constructeur automobile ou l’assureur, il se peut que l’on ait accepté, dans le contrat de vente et d’assurance, de partager certaines données, par exemple pour récompenser un style de conduite non agressif avec des primes d’assurance plus avantageuses.

Selon le constructeur automobile ou l’assureur, il se peut que l’on ait accepté, dans le contrat de vente et d’assurance, de partager certaines données, par exemple pour récompenser un style de conduite non agressif avec des primes d’assurance plus avantageuses.

Markus Peter, UPSA

Le sujet n’est d’ailleurs pas seulement intéressant en cas d’accident, mais aussi pour les voitures d’occasion. En effet, il est préférable d’effacer, après une réparation ou au plus tard avant la revente, les éventuelles données figurant dans l’EDR datant de l’utilisation par le propriétaire précédent.

Une chose est sûre: l’enregistreur de données d’événement fera bientôt son apparition. Et ce, à partir de juillet 2022 dans les véhicules de conception nouvelle et, en principe, à partir de 2024 dans toutes les voitures neuves. Mais les juristes doivent encore clarifier de manière définitive ce qu’il en est exactement de la protection des données.

Bonne route!

Envoyez vos questions par e-mail à l’adresse autoratgeber@20minuten.ch. Les questions d’actualité les plus intéressantes, ainsi que leurs réponses, seront publiées chaque semaine dans la rubrique Lifestyle de «20 minutes».

*L’Union des professionnels suisses de l’automobile (UPSA) est l’association des garagistes suisses. Quelque 4000 entreprises comptant 39 000 collaborateurs au total (dont 9000 jeunes en formation initiale et continue) veillent à ce que nous puissions circuler de manière fiable, sûre et écoefficiente. L’équipe d’experts qui répond à vos questions est composée de: Markus Aegerter (Commerce et Prestations), Olivier Maeder (Formation), Markus Peter (Technique et Environnement) et la juriste de l’UPSA, Olivia Solari (Droit).

Ton opinion

0 commentaires