Actualisé 12.10.2008 à 22:05

Genève

Les vélos sans vignette envoyés à la déchetterie

Alors que la police met les vélos sans vignette à la fourrière, les régies les envoient aux Cheneviers, sans possibilité de les récupérer.

«Ma bicyclette quasi neuve a disparu du local à vélo de mon immeuble, tempête Laurence. J'ai d'abord cru qu'elle avait été volée.» Loin d'avoir été subtilisé par un malfrat, le deux-roues a tout bonnement été débarrassé par la régie. «Lorsque j'ai appelé pour le récupérer, on m'a informé qu'il avait été jeté aux ordures», s'exclame-t-elle.

«Les régies ne peuvent prendre ce genre d'initiative qu'après avoir demandé aux locataires d'étiqueter leurs vélos, précise Carlo Sommaruga, secrétaire romand de l'Asloca. Ensuite, elles peuvent se débarrasser de ceux qui ne portent pas de nom. Mais tant qu'il ne roule pas sur le domaine public, le locataire n'est pas obligé d'avoir une vignette à son vélo.» Pour l'avocat, les régies flirtent avec le dommage à la propriété en se débarrassant ainsi sans distinction des vélos encombrants.

Contactées, les différentes régies bottent en touche. «Les personnes qui déménagent laissent souvent derrière elles les cadavres de leurs vélos. Nous devons périodiquement faire le ménage, rappelle ce gérant. Nous avons, bien entendu, averti les locataires par courrier qu'un débarrassage allait être effectué. La société mandatée pour l'enlèvement a pour principe de jeter tous les vélos aux Cheneviers. Ce n'est donc plus de notre ressort.»

Impossible, donc, d'espérer revoir sa petite reine? «Parfois, le vélo réapparaît sur un marché aux puces», lâche dans un rire un autre régisseur.

Shahïn Ammane/sab

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!