Machines-outils Tornos: Les ventes, les commandes et les résultats ont plongé
Actualisé

Machines-outils TornosLes ventes, les commandes et les résultats ont plongé

Le fabricant de machines-outils Tornos a vu ses ventes, ses entrées de commandes et ses résultats plonger abruptement sur neuf mois.

Après cinq trimestre consécutifs de baisse, il estime toutefois que la situation paraît se stabiliser mais «à un niveau extrêmement bas».

Durant ces neuf mois, la société basée à Moutier (BE) a vu son chiffre d'affaires brut reculer de 60,8% par rapport à la même période de 2008, à 78,8 millions de francs, avec à la clé une perte nette de 21,7 millions, contre un bénéfice de 8,3 millions un an plus tôt, a-t-il annoncé mardi. Les entrées de commandes ont dégringolé de 67,4% à 63,3 millions.

Sur le plan opérationnel, le résultat d'exploitation (EBIT) a accusé une perte de 23 millions de francs, contre un bénéfice de 12 millions un an auparavant. L'utilisation des capacités est actuellement de moins de 30%, ajoute l'entreprise. Les nombreuses mesures prises pour réduire les coûts n'ont pas suffi à éviter les chiffres rouges.

Palier franchi

Pour le seul 3e trimestre, le chiffre d'affaires brut a chuté de 65% par rapport à la période correspondante de l'an dernier, à 19,4 millions de francs. Les entrées de commandes ont elles atteint 20,3 millions, soit un volume comparable à celui du trimestre précédent (19,9 millions).

Selon Tornos, ce palier permet d'imaginer que le creux de la vague a peut-être été atteint. Ceci d'autant plus que le 3e trimestre est généralement le plus bas de l'année en raison de l'effet négatif des vacances estivales.

Côté finances, la dette du groupe a augmenté de 4,7 millions entre juillet et septembre pour se monter à 20,9 millions. Tornos a récemment accru sa marge de manoeuvre financière. L'entreprise prévôtoise a annoncé en octobre la conclusion d'un nouveau contrat cadre avec ses partenaires bancaires, portant sur une limite de crédit de 50 millions de francs pour une durée de trois ans.

Chômage partiel toujours

Dans le contexte actuel, le groupe renonce à publier des prévisions détaillées. Le niveau d'activité semble se stabiliser. Certains marchés entrevoient même le début d'un retour d'activité, qui pourrait se traduire par une amélioration conjoncturelle dans les prochains mois.

Reste que les signes de reprise sont encore très fragiles. Tornos juge prématuré de tabler sur une amélioration significative à court terme. Le groupe ne prévoit pas d'amélioration des entrées de commandes avant le milieu de 2010. Il va ainsi poursuivre sa politique de recours massif au chômage partiel, afin d'éviter «un démantèlement de son outil industriel et commercial». (ats)

Ton opinion