Les magasins de ventilateurs vendent du vent
Le ventilateur ne refroidit pas une pièce, mais son courant d’air bien dirigé rafraîchit le corps.

Le ventilateur ne refroidit pas une pièce, mais son courant d’air bien dirigé rafraîchit le corps.

Getty Images/iStockphoto
Publié

Canicule en Suisse romandeLes ventilateurs brassent de l’air et les magasins vendent du vent

De fortes chaleurs s’abattent sur la Suisse cette semaine. La tentation est grande d’acheter un appareil d’appoint pour se rafraîchir. Certains sont chers et inutiles.

par
Emmanuel Coissy

Comment refroidir son logement quand une canicule précoce pointe le bout de son nez? Telle est la question que beaucoup se posent alors que MétéoSuisse annonce une température qui culminera à 33°C jeudi, vendredi et samedi à Genève et à Sion, notamment. Dès mercredi, le thermomètre indiquera des valeurs supérieures à 30°C partout en Suisse romande. Généralement, la réponse immédiate est l’achat d’un ventilateur ou d’un climatiseur mobile. C’est aussi à ce moment que les enseignes d’électroménager affichent des baisses de prix et annoncent une rupture de stock. Alors avant de vous lancer dans un achat, plus ou moins considéré, rappelons quelques informations sur ces produits.

Le ventilateur simple

Comme le rappelle energie-environnement.ch, site d’information des services cantonaux romands de l’énergie et de l’environnement, «un ventilateur ne refroidit pas l’air ambiant: il crée seulement un courant d’air. Et comme son moteur consomme de l’électricité, il dégage même un peu de chaleur dans la pièce». Il faut donc l’éteindre quand personne n’y est. En revanche, «le ventilateur refroidit le corps en remplaçant constamment la petite couche d’air qui l’enveloppe par de l’air moins chaud et plus sec. En même temps, il facilite l’évaporation de la sueur, moyen naturel de lutter contre la surchauffe». 

Le ventilateur facilite l’évaporation de la sueur, moyen naturel de lutter contre la surchauffe.

Le ventilateur facilite l’évaporation de la sueur, moyen naturel de lutter contre la surchauffe.

Getty Images/iStockphoto

«La puissance électrique consommée par un ventilateur est proportionnelle à l’air déplacé, expliquent les autorités cantonales. En conséquence, avant d’acheter un tel appareil, on se demandera s’il doit refroidir une seule personne ou un groupe.» Un essai préalable est nécessaire pour estimer la puissance du vent et surtout le bruit occasionné.

Le ventilateur rafraîchisseur d’air

Il est aussi appelé refroidisseur d’air. Il fonctionne comme la transpiration, indique energie-environnement.ch. «Le ventilateur souffle de l’air sur un matériau poreux et mouillé afin d’en évaporer l’eau: en passant de l’état liquide à l’état gazeux, l’eau soutire de la chaleur à l’air ambiant qui se refroidit de quelques degrés.» Il convient à un environnement très sec. «Si l’humidité de l’air atteint déjà 60%, l’évaporation sera faible, et donc le refroidissement aussi.» À l’usage, il faut considérer les éventuels problèmes de moisissures, de microbes et la formation de tartre. Sa consommation énergétique est, par ailleurs, très supérieure à celle d’un ventilateur simple.

Le réfrigérateur n’est pas la bonne solution même si elle est tentante.

Le réfrigérateur n’est pas la bonne solution même si elle est tentante.

Getty Images/iStockphoto

Le ventilateur avec fonctions de traitement de l’air

C’est le couteau suisse de l’aération: il ventile, il épure, il brumise, il humidifie, il rafraîchit ou chauffe, il diffuse du parfum. C’est le modèle haut de gamme qui peut tout faire. Quoique… «Dans une étude publiée en janvier 2017 en France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire conclut que les petits purificateurs d’air n’ont pas fait la démonstration de leur efficacité dans les conditions de vie d’un ménage ou d’un bureau. La filtration peut être efficace, mais exige un entretien régulier des filtres qui est rarement effectué.» Les autorités cantonales romandes assurent que «le meilleur moyen d’améliorer l’air de son logement, c’est de le renouveler en ouvrant plusieurs fois par jour les fenêtres pendant quelques minutes, sauf si c’est inutile parce qu’on bénéficie d’une aération mécanique efficace (Minergie).» Parmi les autres fonctions, la diffusion d’un parfum, même naturel, est vivement déconseillée par les autorités cantonales. Elles remarquent aussi que la consommation d’électricité de ce type d’appareils est élevée. Des mesures plus simples s’avèrent souvent plus efficaces, moins gourmandes en énergie et donc moins coûteuses.

Le climatiseur mobile

Le climatiseur mobile refroidit une pièce, mais il consomme beaucoup d’énergie.

Le climatiseur mobile refroidit une pièce, mais il consomme beaucoup d’énergie.

Getty Images/iStockphoto

Cet appareil, contrairement au ventilateur, est capable de faire baisser la température d’une pièce. Dans un article publié dans son magazine en 2020, la Fédération romande des consommateurs estime que l’achat d’un tel équipement oscille entre 600 et 1000 francs, mais que la facture d’électricité et le bruit sont des paramètres à ne pas négliger. Une opinion corroborée par energie-environnement.ch qui affirme que le climatiseur mobile consomme 20 à 50 fois plus qu’un ventilateur. Il ne convient pas à un environnement déjà très sec. Autre inconvénient, il faut vider quotidiennement le tiroir-bac qui collecte l’eau de condensation.

Le site des autorités cantonales romandes met en garde: «On entend parfois parler de climatiseur mobile sans évacuation (d’air chaud). Il s’agit, en fait, d’un simple rafraîchisseur d’air qui ne fait qu’évaporer de l’eau.»

Les conseils de base

Bien s’hydrater. Fermer les fenêtres, les volets et les stores, durant la journée. Aérer régulièrement quelques instants en ouvrant une fenêtre ou une porte non exposée au soleil. Aérer la nuit.

Ton opinion

2 commentaires