Conseil fédéral: Les Verts contre l'élection par le peuple
Actualisé

Conseil fédéralLes Verts contre l'élection par le peuple

L'élection du Conseil fédéral par le peuple comme le préconise l'initiative populaire de l'UDC ne séduit pas les Verts.

Plusieurs délégués estiment que l'élection par le peuple constituait la seule chance d'avoir une majorité rose-verte au Conseil fédéral.

Plusieurs délégués estiment que l'élection par le peuple constituait la seule chance d'avoir une majorité rose-verte au Conseil fédéral.

Réunis samedi en assemblée, les délégués des Verts ont rejeté l'élection du Conseil fédéral par le peuple, soumis en votations fédérales le 9 juin par 150 voix contre 16 et 14 abstentions à l'issue d'un débat animé.

S'ils plaident pour un renforcement de la démocratie directe, les Verts estiment que l'élection du gouvernement par le peuple ne peut qu'avoir un impact négatif sur le système politique. Ils craignent que durant l'année de campagne, le travail soit négligé et que le principe de la collégialité soit mis à mal.

Autre critique soulevée lors de l'assemblée, la personnalité l'emporterait selon eux sur les compétences et la collégialité des candidats. Les Verts soulèvent également la question du financement: une élection du gouvernement par le peuple avantagerait les grands partis soutenus par l'économie.

Inégalités

«Un parti comme le nôtre n'arriverait pas à être visible sur le plan national, on ne jouera pas avec les mêmes armes», a expliqué Antonio Hodgers. «Cette initiative viole l'équilibre confédéral de la Suisse avec un seul cercle électoral», a dénoncé le conseiller national genevois qui estime qu'elle n'amènera pas un meilleur conseiller fédéral.

Plusieurs délégués n'ont pas partagé cet avis estimant que l'élection par le peuple constituait la seule chance d'avoir une majorité rose-verte au Conseil fédéral. «Il faut savoir prendre ce risque», a déclaré une déléguée.

Les partisans de cette initiative affirment que le financement ne jouera pas un rôle aussi prédominant et que l'UDC pourrait même en faire les frais. Pour le Genevois Robert Cramer, le système le plus démocratique est l'élection par le peuple et pas par l'Assemblée fédérale. (ats)

Le parti des automobilistes pour la révision de la loi sur l'asile

Le parti des automobilistes refuse l'élection du Conseil fédéral par le peuple et soutient la révision de la loi sur l'asile. Réunis samedi à Reiden (LU), les délégués ont adopté leurs mots d'ordre en vue des votations fédérales du 9 juin. Ils craignent qu'un gouvernement à majorité rose-verte voie le jour en cas d'élection du Conseil fédéral par le peuple. «Ce risque est trop grand», écrit le parti des automobilistes dans un communiqué. La formation soutient en revanche le durcissement de la loi sur l'asile car elle estime que la majorité des demandes d'asile ne sont pas fondées. L'accélération des procédures et les mesures contre les requérants récalcitrants ont principalement motivé le soutien à l'unanimité des délégués à la révision.

Ton opinion