Actualisé

Les Verts et le PDC se battent pour un siège de juge fédéral

Le siège laissé vacant par la démission du juge fédéral Alain Wurzburger (PRD/VD) suscite l'appétit des Verts et de l'UDC.

Les deux partis se sont lancés dans la bataille. Un double candidature n'est pas exclue.

Les Verts sont très bien placés pour occuper le siège radical. Leur candidate, Florence Aubry-Girardin, juge au Tribunal administratif fédéral, est sortie première de l'évaluation faite par la Commission judiciaire des Chambres fédérales.

Le parti n'a toujours qu'un seul représentant au Tribuanl fédéral (TF), relève Luc Recordon, l'un des dix-sept membres de cette commission. Si l'on tient compte de leur nombre d'élus aux Chambres fédérales, les Verts auraient droit à 1,2 siège de plus, ajoute le conseiller national écologiste vaudois.

Radicaux surreprésentés

L'Union démocratique du centre (UDC) tient un discours identique, avec en ligne de mire la surreprésentation radicale au TF, puisque le PRD compte encore onze juges fédéraux sortis de ses rangs.

Porte-parole de l'UDC, Roman Jäggi déplore que l'UDC n'ait que huit représentants parmi les juges fédéraux de Lausanne et de Lucerne. Son poids politique lui donnerait droit à dix des trente- huit postes de juges fédéraux.

Dès l'annonce du départ du juge Alain Wurzburger, le parti a affiché ses ambitions. Il a soumis la candidature de Pierre-André Berthoud, juge fédéral suppléant, à la Commission judiciaire des Chambres fédérales, qui l'a placé au deuxième rang, derrière Mme Aubry-Girardin.

Le parti démocrate-chrétien, qui compte sept représentants au TF, pourrait créer la surprise. Il revendique lui aussi le siège laissé vacant par les radicaux.

Il présente la candidature de la juge Laura Jacquemoud-Rossari, présidente de la Cour de Justice du canton de Genève. La magistrate a été retenue en troisième position par la Commission judiciaire.

Directement visé par ces ambitions, le parti radical a adopté un profil bas. Il renonce à présenter un candidat à la succession d'Alain Wurzburger, a confirmé à l'ATS son chef de presse, Christian Weber.

En charge du dossier des candidatures, la Commission judiciaire va devoir trancher jeudi. Luc Recordon n'écarte pas l'éventualité d'un double ticket.

Les Chambres fédérales auront ensuite le dernier mot. C'est elles qui éliront le 3 octobre le successeur du juge fédéral Alain Wurzburger.

ats (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!