«Green New Cargo Deal»: Les Verts pour accélérer le transfert de la route au rail
Actualisé

«Green New Cargo Deal»Les Verts pour accélérer le transfert de la route au rail

Les Verts veulent donner un nouveau coup de pouce au transfert, de la route au rail, du transport des marchandises à travers les Alpes.

Stimulation de l'investissement, création de navettes et d'un technoparc ferroviaires ainsi que l'introduction d'une taxe CO2 sur les carburants sont au menu.

Le trafic marchandises par le rail n'est aujourd'hui techniquement plus compétitif par rapport au transport via la route, a expliqué le conseiller national Bastien Girod (ZH) lors d'une conférence de presse des Verts lundi. Ces derniers proposent à cet effet tout une série de mesures pour encourager et accélérer le transfert de la route au rail.

Dans le cadre de stimulations à l'investissement dans le domaine ferroviaire, les Verts misent par exemple sur la création d'un technoparc au Tessin dédié aux innovations technologiques du rail. Ils comptent en outre sur l'introduction à moyen terme d'une taxe CO2 sur les carburants.

10 millions pour des navettes

Parmi ces propositions issues du «Green New Deal» préconisé par les Verts, le parti suggère également la mise en circulation de navettes cargo d'une nouvelle sorte. Près de 25 millions de francs budgétés en 2008 pour le transfert de la route au rail n'ont pas été utilisés. Une partie de cette somme, soit 10 millions, pourrait être investie dans cinq convois marchandises pendulaires dans un premier temps.

Ces trains de marchandises nouvelle génération se différencient de plusieurs manières du matériel existant actuellement. Parce qu'ils sont plus courts, ils peuvent circuler plus rapidement, jusqu'à 120 km/h si nécessaire. Ces navettes permettraient une utilisation des tracés plus efficiente et plus concurrentielle.

Le transbordement de containers et de remorques interchangeables sans l'aide d'une grue ou encore l'introduction à terme d'une nouvelle génération de containers plus petits, à l'image de ceux existants dans le secteur aérien, permettraient en outre un gain accru en efficacité.

Le transport des marchandises par le rail doit donc gagner en attractivité et ce par de nouvelles innovations supplémentaires. Mais les Verts exigent aussi que les investissements ne s'orientent pas seulement dans le renouvellement d'infrastructures pour résoudre la crise, mais aussi dans des innovations durables, transformatrices de l'économie dans son ensemble.

Les «Green new deal» fleurissent

L'expression «Green new deal» fait florès en Suisse. Lancée l'an dernier par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki Moon et par le président des Etats-Unis Barack Obama, elle a été reprise tour à tour par le PS, le PDC et les Verts, chaque parti présentant ses solutions pour lutter contre la crise par des investissements dans les technologies environnementales.

Ce concept se réfère au «New Deal» lancé par le président des Etats-Unis Franklin D.Roosevelt en 1933. Il avait lancé un paquet de réformes pour combattre la crise qui frappait alors l'économie mondiale.

(ap)

Ton opinion