Genève: Les Verts veulent 200 rues piétonnes
Actualisé

GenèveLes Verts veulent 200 rues piétonnes

Les Verts poursuivent leur offensive pour la création de 200 rues piétonnes en Ville de Genève.

Les Verts veulent rendre Genève aux piétons.

Les Verts veulent rendre Genève aux piétons.

Alors que le Conseil municipal se prononcera dans une semaine sur un crédit d'étude de 2,225 millions de francs, les Verts veulent rendre les rues aux piétons. Les discussions avec les associations de quartier sont positives.

«Tout le monde veut une zone piétonne devant chez soi», a souligné mardi devant les médias la conseillère municipale Sarah Klopmann. En janvier, le législatif de la Ville approuvait l'initiative des Verts qui a récolté près de 7000 signatures, alors que 4000 suffisaient. Cet enthousiasme se traduit sur le terrain, où les Verts ont rencontré plusieurs associations de quartier.

Une carte provisoire comprenant une cinquantaine de rues qui pourraient être fermées à la circulation, essentiellement près des écoles, des crèches et des EMS, a été dessinée. Elle couvre les quartiers de Plainpalais, des Acacias, de la Jonction, de Saint-Jean et des Pâquis. A terme, des propositions seront faites pour tous les quartiers de Genève.

Pragmatisme et concertation

Dans une approche pragmatique, les Verts demandent des aménagements légers et peu coûteux, comme des chaînes, pour fermer les rues. Ces installations pourront ainsi être modifiées en fonction des besoins et des demandes des habitants et des entreprises. A noter que la création de nouvelles zones piétonnes ne pourra se faire sans l'accord de la Direction générale de la mobilité du canton.

L'initiative des Verts a pour objectif une meilleure qualité de vie en ville, où 36% des ménages n'ont pas de voiture et où la marche est le premier mode de déplacement. Alors qu'une voiture est stationnée 97% du temps, la disparition des parkings en surface pourrait être compensée par une meilleure utilisation des places sous les immeubles, estiment les Verts.

L'initiative doit permettre à l'exécutif de la Ville d'atteindre, d'ici à 2016, les normes fédérales sur le bruit et la protection de l'air. Dans la négative, le coût sera élevé pour protéger la population, a mis en garde le député Roberto Broggini. Genève compte 70 kilomètres de rues qui dépassent les normes.

(ats)

Ton opinion