Parlement: Les Verts veulent interdire les cuisses de grenouilles, Berne non

Publié

ParlementLes Verts veulent interdire les cuisses de grenouilles, Berne non

Le Conseil fédéral se prononce contre la proposition d’une élue Verte d’interdire l’importation de grenouilles vivantes et de cuisses.

par
Yannick Weber
Certains veulent voir les cuisses de grenouilles disparaître des assiettes.

Certains veulent voir les cuisses de grenouilles disparaître des assiettes.

Getty Images/iStock

Proscrire les cuisses en Suisse: c’est la proposition de la conseillère nationale Meret Schneider (Verte/ZH) dans une motion déposée fin septembre, au Parlement. Elle demande que l’importation de cuisses de grenouilles et de grenouilles vivantes qui sont destinées à l’alimentation soit interdite.

«Des centaines de millions de grenouilles sont tuées chaque année dans d’atroces souffrances. La plupart du temps, seules les cuisses sont mangées, le reste est jeté, et les pattes sont coupées alors que les grenouilles sont encore en vie. Elles se vident de leur sang dans d’horribles souffrances, tout en étant pleinement conscientes», dit l’élue Verte dans son texte.

En Suisse, les grenouilles «indigènes» sont très protégées par la loi. Or, selon Meret Schneider, ainsi que l’association Protection suisse des animaux, notre pays importe 65 tonnes de grenouilles vivantes et de cuisses par année dans des conditions qui ne peuvent pas toujours être contrôlées.

Interdire serait exagéré

Le Conseil fédéral s’inscrit en faux. Dans sa prise de position sur la motion datée de mercredi, il rappelle que «l’obtention de cuisses de grenouilles vivantes dans notre pays doit répondre aux dispositions strictes de la législation sur la protection des animaux, et celles-ci interdisent les pratiques décrites dans le développement de la motion».

«Dans la mesure où les cuisses de grenouilles peuvent être produites dans le respect du bien-être des animaux et qu’il existe des moyens moins contraignants pour garantir le bien-être des animaux, une interdiction d’importer ne serait pas proportionnelle», estime le gouvernement, qui appelle donc à rejeter la proposition, qui passera devant le Conseil national. Les élus auront le dernier mot, comme pour le foie gras (lire encadré ci-dessous).

Que faudrait-il interdire en Suisse?

Bye-bye le foie gras?

Les cuisses de grenouilles ne sont pas le seul aliment attaqué par les parlementaires. En 2020, le conseiller national Martin Haab (UDC/ZH) avait demandé que la Suisse interdise l’importation de foie gras. «De plus en plus de pays civilisés n’acceptent plus que des animaux doivent subir des souffrances aussi indescriptibles pour le «plaisir» discutable de certains», disait-il. Et le foie gras est en danger. Le Conseil national a accepté la proposition de l’élu UDC. Les partis n’ont pas été unis sur la question.

À l’UDC, 33 membres ont voté pour l’interdiction et 17 ont voté contre (dont plusieurs Romands). Au PS, 28 élus ont voté pour l’interdiction et 7 ont voté contre (surtout les Romands). Chez les Vert-e-s, 27 ont voté pour et un seul contre (un Romand). Les Vert’libéraux ont tous voté pour. Au Centre, 17 ont voté pour et 10 ont voté contre. Seul le PLR a voté en majorité contre l’interdiction (27 contre 1 pour).

Ton opinion

197 commentaires