Actualisé

Conseil fédéralLes Verts vont réfléchir à se représenter

Malgré la non-élection de Regula Rytz, les Verts prennent leurs responsabilités et brigueront peut-être à nouveau un siège au Conseil fédéral lors d'une vacance.

Regula Rytz était néanmoins satisfaite de son score.

Malgré son revers à l'élection du Conseil fédéral, Regula Rytz a assuré mercredi que les Verts restent prêts à prendre leurs responsabilités et à entrer au gouvernement. A chaque vacance, ils réfléchiront à faire acte de candidature.

En attendant, la Bernoise entend trouver des compromis avec les autres partis pour faire avancer les dossiers urgents. Et de nommer notamment le climat, l'assainissement des institutions sociales, le financement du système de santé publique ou encore les relations avec les pays voisins.

Regula Rytz a refusé d'annoncer ses plans concernant une future deuxième candidature au Conseil fédéral. Mais une chose est sûre, les Verts se poseront la question à chaque vacance. Ils n'envisagent cependant pas de s'en prendre à un siège socialiste, le PS étant leur allié de toujours et le seul parti qui les a soutenus.

Les Vert'libéraux ont auditionné Regula Rytz

Les Vert'libéraux ont auditionné mardi Regula Rytz (Verts/BE) qui veut décrocher un siège au Conseil fédéral. Le PVL n'a pas encore dit s'il soutiendrait sa candidature le 11 décembre.

Victoire du «pouvoir d'hier»

Les Verts ont acquis une légitimité à siéger au gouvernement, a asséné Lisa Mazzone. «Les élections du 20 octobre ont fait sauter la majorité de droite et nous sommes devenus le 4e parti de Suisse», a déclaré la conseillère aux Etats genevoises.

PS et Vert’libéraux ont auditionné Regula Rytz

Le PS a auditionné mardi Regula Rytz (Verts/BE), qui veut décrocher un siège au Conseil fédéral. Au terme de la discussion qui a porté sur les grandes réformes à venir, le groupe a décidé de voter pour la présidente des Verts à la place d'Ignazio Cassis.
(Video: Keystone)

Adèle Thorens «raisonnablement optimiste»

a Verte vaudoise Adèle Thorens "raisonnablement optimiste" avant l'élection. Un début de session déjà difficile pour les Verts, qui restent minoritaire malgré leur percée aux élections fédérales.

L'assemblée n'a cependant pas suivi la volonté du peuple. «Au lieu de faire vivre l'esprit de la concordance, qui veut que chaque grand parti puisse participer au gouvernement, la droite a décidé de bétonner son propre pouvoir», a dénoncé la Genevoise. «C?est le pouvoir d'hier qui a gagné et pas le changement de demain».

Interrogée sur sa position concernant un Conseil fédéral à neuf membres, la vice-présidente du parti a réitéré le soutien des Verts à cette proposition. Il faut cependant que cela permette de faire bouger les majorités. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!