Les vétérans sont prêts pour le derby romand
Actualisé

Les vétérans sont prêts pour le derby romand

La patinoire de Saint-Léonard sera
ce soir (20 h 15/TSR 2), le théatre de l'Acte III du derby romand.

Dans de ces rencontres particulières, où les émotions sont toujours à fleur de peau, le rôle des routiniers peut se révéler capital. Interview croisée avec le Genevois Igor Fedulov (I. F./40 ans), et le Fribourgeois Gilles Montandon (G. M./41 ans et demi).

– Quel apport est-on en droit d'attendre d'un vétéran lors d'un tel match?

I. F. – Au vu du nombre de derbys déjà joués, un vétéran sait comment jouer. Il doit faire profiter son équipe de son calme et ne pas hésiter à prendre la parole si la situation l'exige. Un routinier sait comment gérer les émotions relatives à ce genre de rencontre.

G. M. – Le calme, sur la glace et dans le vestiaire. Il faut veiller à toujours laisser aux joueurs cette envie de se surpasser. Il s'agit parfois juste de garder un puck pour temporiser et permettre à chacun de respirer.

Quelles sont les qualités que vous enviez à Igor Fedulov?

G. M. – Son centre avant (rires). Et son âge, puisqu'il est plus jeune que moi (rires).

– Quelles sont les qualités que vous enviez à Gilles Montandon?

I. F. – Sa vision de jeu est enviable. Tout le monde sait combien Gilles est précieux pour une équipe.

– Pourquoi est-ce que Fribourg Gottéron va battre Genève-Servette?

G. M. – Parce qu'on va travailler plus fort et marquer un but de plus que Genève. Mais surtout parce que le dragon crache du feu et est plus fort que l'aigle (rires).

– Pourquoi est-ce que Genève-Servette va battre Fribourg Gottéron?

I. F. – Parce que Genève joue toujours pour gagner. Les deux équipes ont les moyens de l'emporter mais je pense que l'unité de notre groupe va faire la différence.

Propos recueillis

par Marc Fragnière

Ton opinion