Actualisé 23.03.2016 à 08:52

SuisseLes viandes de cheval et de veau n'ont plus la cote

La consommation de viande en Suisse a baissé de 2% en 2015. Le porc reste lui la viande préférée des Helvètes.

Comme en 2014, près des quatre cinquièmes de l'ensemble de la viande ont été produits en Suisse.

Comme en 2014, près des quatre cinquièmes de l'ensemble de la viande ont été produits en Suisse.

photo: Keystone

Pour la première fois depuis trois ans, les Suisses ont mangé moins de viande en 2015. La consommation moyenne par habitant a baissé de 2% par rapport à l'année précédente. Les viandes de cheval, de veau et de boeuf, notamment, ont été moins appréciées.

Le porc reste lui la viande préférée des Helvètes. Il représente, malgré un recul de 2,5%, encore près de la moitié de la consommation totale hors poissons et crustacés, indique mardi Pro Viande dans un communiqué. Suivent sur le podium la viande de volaille, qui affiche une hausse de 2,7% et franchit pour la première fois la barre des 100'000 tonnes consommées, et le boeuf, en recul de 1,9%.

Régime carné diversifié

Les Helvètes diversifient leur régime carné. Les viandes de cabri, de gibier et d'agneau se font moins rares dans les assiettes: elles affichent les plus fortes croissances par rapport à 2015, respectivement de 9,3%, 9% et 4,6%. Elles se situent toutefois toujours à un bas niveau en terme de quantités.

Les viandes chevaline - traditionnellement très peu mangée en Suisse - et de veau constituent les grandes perdantes de l'an dernier: en pourcent de la consommation totale, elles ont enregistré des reculs de respectivement 6% et 3,8%.

La viande meilleur marché

Comme en 2014, près des quatre cinquièmes de l'ensemble de la viande ont été produits en Suisse. Parmi la viande indigène, c'est celle de veau qui a connu la plus forte baisse.

Cette viande «jouit certes d'une image positive au sein de la population en ce qui concerne la qualité et le caractère digeste. Mais, en tant que produit haut de gamme, son prix est jugé plutôt élevé», explique Pro Viande.

Le prix moyen de toutes les sortes de viandes dans le commerce de détail a en revanche baissé de 2,2% par rapport à 2014 et atteignait 20,44 francs le kilo. Les viandes de porc et d'agneau étaient nettement moins chères, tandis qu'il fallait débourser un peu plus qu'en 2014 pour s'offrir du boeuf et du veau.

Enfin, à l'occasion d'un sondage réalisé en avril 2015 par l'institut d'études de marché Demoscope, cité par Pro Viande, 74% des personnes interrogées ont déclaré veiller à l'origine suisse lors de leurs achats (75% pour la viande seule). Elles étaient 81% en 2014. Ces chiffres correspondent aux déclarations de près de 2000 consommateurs en Suisse romande et alémanique. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!