Camion charnier: Les victimes ont étouffé en «très peu de temps»
Actualisé

Camion charnierLes victimes ont étouffé en «très peu de temps»

La police autrichienne a donné d'autres détails sur l'affaire des 71 migrants retrouvés morts dans un camion frigorifique le 27 août dernier.

1 / 25
29.08 Deux jours après la découverte en Autriche d'un camion charnier contenant 71 cadavres, probablement de réfugiés syriens, quatre hommes, interpellés en Hongrie ont comparu samedi devant la justice.

29.08 Deux jours après la découverte en Autriche d'un camion charnier contenant 71 cadavres, probablement de réfugiés syriens, quatre hommes, interpellés en Hongrie ont comparu samedi devant la justice.

AFP/Attila Kisbenedek
Le Parquet a demandé que les quatre hommes - trois Bulgares et un Afghan --soient maintenus en détention...

Le Parquet a demandé que les quatre hommes - trois Bulgares et un Afghan --soient maintenus en détention...

AFP/Attila Kisbenedek
... en raison de «la nature exceptionnelle du crime», «des morts consécutives à un trafic d'êtres humains»...

... en raison de «la nature exceptionnelle du crime», «des morts consécutives à un trafic d'êtres humains»...

Sandor Ujvari

«Vu le nombre de personnes et le volume d'air disponible, la mort est selon toute vraisemblance survenue très peu de temps» après que le groupe fut monté à bord, a déclaré le responsable de l'enquête, Hans Peter Doskozil, sur la base des premiers résultats d'autopsie. Si aucune victime -59 hommes, 8 femmes et 4 enfants- n'a été formellement identifiée à ce stade, l'enquête laisse à penser qu'il s'agissait de ressortissants syriens, irakiens et afghans, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Eisenstadt, dans l'est de l'Autriche.

Onde de choc

Le camion avait été retrouvé abandonné le 27 août en fin de matinée sur le bord d'une autoroute près de Parndorf, non loin de la frontière hongroise. La découverte des 71 corps avait causé une onde de choc dans l'Europe entière. Selon l'enquête, le camion avait pris en charge les migrants vers 03H00 GMT, le 26 août à la frontière serbo-hongroise, et la mort pouvait donc remonter à environ 24 heures au moment de la macabre découverte. Le camion frigorifique était «hermétiquement clos», a souligné M. Doskozil.

Plusieurs arrestations

L'étude des traces ADN retrouvées dans la cabine du véhicule a par ailleurs confirmé l'implication de cinq suspects -quatre Bulgares et un Afghan- interpellés en Hongrie dans ce dossier, a-t-il indiqué. Trois autres suspects ont par ailleurs été inculpés vendredi de «participation à un groupe criminel organisé» par la justice bulgare dans cette affaire. Parmi eux figure Tsvetan Georgiev Tsvetanov, 32 ans, considéré par les enquêteurs bulgares comme le conducteur présumé du camion. Il se trouve en instance d'extradition vers l'Autriche. Lors d'une audition jeudi, M. Tsvetanov avait déclaré avoir ignoré qu'il transportait des êtres humains. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion