Mase (VS): Les victimes suivaient un cours sur les avalanches
Actualisé

Mase (VS)Les victimes suivaient un cours sur les avalanches

Les trois victimes de l'avalanche de Mase (VS) dimanche suivaient un cours de deux jours sur les avalanches au moment du drame.

A Mase, la coulée a emporté quatre personnes, faisant trois morts et un blessé grave. (photo: Police cantonale valaisanne)

A Mase, la coulée a emporté quatre personnes, faisant trois morts et un blessé grave. (photo: Police cantonale valaisanne)

La coulée s'est déclenchée spontanément et a emporté quatre personnes, dimanche après-midi. Les victimes avaient terminé le cours et étaient sur le retour lorsque l'avalanche est partie vers 14h40, précise le président de l'ASGM Pierre Mathey. Selon les informations en sa possession, les victimes n'ont pas déclenché elles-mêmes la coulée meurtrière.

Quatre personnes, dont un guide, ont été emportées. Trois sont décédées en soirée des suites de leurs blessures. La quatrième était lundi dans un état critique.

Les trois autres participants au cours n'ont pas été pris dans la masse de neige. L'opération de sauvetage a nécessité l'engagement de cinq chiens d'avalanches, vingt secouristes, six médecins et six hélicoptères.

Le danger persiste

Les appels à la prudence se sont multipliés depuis plusieurs jours en raison de conditions particulièrement dangereuses hors des pistes balisées. Comme annoncé par les météorologues et spécialistes de la neige, le risque marqué (degré 3) actuel signifie que des coulées peuvent se déclencher spontanément.

Cette situation concerne l'ensemble des Alpes suisses, et le danger ne va pas diminuer dans les prochains jours. Depuis Noël la mort blanche a fait onze victimes en Suisse. Les avalanches y font en moyenne 22 morts par année.

Les spécialistes s'attendaient à un week-end rouge en raison des chutes de neige de la semaine dernière. La nouvelle couche, 20 à 25 centimètres, de neige très froide s'est déposée sur un manteau particulièrement instable, augmentant le danger.

Les différentes couches de neige ne se sont pas amalgamées et ont tendance à glisser les unes sur les autres. La couche en contact avec le sol est fragile, surtout sur les versants nord et au-dessus de 2000 mètres d'altitude. (ats)

Ton opinion