Attentat en Tunisie: Les vidéos du carnage à l'hôtel de Sousse
Actualisé

Attentat en TunisieLes vidéos du carnage à l'hôtel de Sousse

L'attentat revendiqué par le groupe Etat islamique qui a fait 38 morts et 39 blessés vendredi a été filmé par un amateur depuis un balcon.

1 / 52
05.08  Scotland Yard a affirmé mercredi l'existence d'un «lien» entre l'attaque jihadiste contre le musée du Bardo à Tunis le 18 mars (à gauche) et celle contre un hôtel de Port El Kantaoui, près de Sousse.

05.08 Scotland Yard a affirmé mercredi l'existence d'un «lien» entre l'attaque jihadiste contre le musée du Bardo à Tunis le 18 mars (à gauche) et celle contre un hôtel de Port El Kantaoui, près de Sousse.

31.07 Le président tunisien Beji Caid Essebsi a décidé de prolonger l'état d'urgence de deux mois à partir du 3 août, a annoncé un communiqué diffusé vendredi.

31.07 Le président tunisien Beji Caid Essebsi a décidé de prolonger l'état d'urgence de deux mois à partir du 3 août, a annoncé un communiqué diffusé vendredi.

Fethi Belaid
22.07 Le Parlement tunisien a entamé mercredi trois jours de débats pour adopter une nouvelle loi «antiterroriste». Critiqué par des ONG, le texte est attendu depuis des mois après des attaques sanglantes revendiquées par le groupe État islamique.

22.07 Le Parlement tunisien a entamé mercredi trois jours de débats pour adopter une nouvelle loi «antiterroriste». Critiqué par des ONG, le texte est attendu depuis des mois après des attaques sanglantes revendiquées par le groupe État islamique.

Keystone

Durant quelques secondes, un amateur est parvenu à tourner quelques images de l'attaque qui a visé l'hôtel Riu Imperial Marhaba à Port el Kantaoui, à 140 km au sud de Tunis et près de la ville de Sousse vendredi.

La «plupart» des victimes sont britanniques, selon le Premier ministre tunisien Habib Essid. Au moins cinq touristes sont de cette nationalité et une autre Irlandaise, selon les autorités de ces pays. D'autres viennent de Belgique, de France ou d'Allemagne, a également indiqué M. Essid. En Suisse, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) vérifie si des ressortissants sont concernés.

Des centaines d'autres touristes étaient amenés dans la nuit de vendredi à samedi en bus à l'aéroport d'Enfidha, à mi-chemin entre Tunis et Sousse, pour être évacués de Tunisie, a constaté un journaliste sur place. Parmi les 39 blessés figurent notamment des ressortissants britanniques, belges, allemands et norvégiens.

Identification en cours

Un communiqué diffusé par des djihadistes indique que «le soldat du califat (...) a pu parvenir au but», tuant près de 40 personnes «infidèles».

L'identification des victimes est toujours en cours. «On ne peut pas donner de répartition par nationalité», a indiqué le ministre de la Santé, Saïd Aïdi, à la radio française RTL. La plupart des victimes étaient en tenue de plage au moment des faits et n'avaient pas leurs papiers sur eux.

Arme cachée dans un parasol

Des témoins ont vu le corps d'un assaillant, avec un fusil d'assaut Kalachnikov près de lui, sur les lieux de l'attaque. L'homme a été tué lors d'une fusillade avec la police.

Selon le ministère de l'Intérieur, l'auteur présumé de l'attentat est un jeune Tunisien originaire de Gaafour (nord-ouest) mais étudiant à Kairouan (centre). Il était inconnu des services de police et a agi seul «a priori», selon le secrétaire d'Etat aux affaires sécuritaires, Rafik Chelly.

«Il est entré par la plage, habillé comme quelqu'un qui allait se baigner, et il avait un parasol avec dedans son arme», a ajouté le responsable à une radio. L'assaillant a visé les clients sur la plage, puis pénétré dans l'enceinte de l'hôtel pour abattre des clients établis au bord des piscines.

Scènes de panique

La ville balnéaire de Sousse est une des destinations préférées des touristes européens dans ce pays. Elizabeth O'Brien, une Irlandaise séjournant dans un hôtel voisin, a évoqué des scènes de panique sur la plage quand la fusillade a éclaté.

«J'ai d'abord cru que c'étaient des feux d'artifice puis j'ai vu les gens courir. (...) Les serveurs et les agents de sécurité sur la plage nous ont dit de courir», a-t-elle témoigné sur la radio irlandaise RTE. Selon un autre témoin, le tireur visait les touristes et épargnait les Tunisiens.

Cette attaque frappe un pays qui voit monter la menace djihadiste depuis sa révolution en 2011. Elle est intervenue près de trois mois après l'attaque sanglante contre le musée du Bardo à Tunis (22 tués dont 21 touristes), qui avait déjà porté un coup dur au secteur vital du tourisme. Et aussi le même jour qu'un attentat de l'EI (27 tués) au Koweït et la décapitation d'un homme en France.

Mesures sécuritaires

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi, qui s'est rendu sur les lieux du drame près de Sousse, a jugé que ces attaques sont «la preuve qu'il faut une stratégie globale. (...) La Tunisie est face à un mouvement international. Elle ne peut répondre toute seule à cela», a-t-il dit.

La Tunisie disait craindre des attentats à l'approche de la saison touristique et avait annoncé des mesures sécuritaires accrues. Des menaces venant de comptes de réseaux sociaux liés à la mouvance djihadiste avaient menacé de nouvelles attaques durant l'été.

Le tourisme totalise environ 7 % du PIB de la Tunisie et près de 400'000 emplois directs ou indirects. Ce secteur est très affecté par les crises politiques à répétition et l'essor de la mouvance djihadiste qui ont suivi la révolution de janvier 2011. (ats)

Ton opinion