Valais - Les vignerons prient le dieu soleil, les producteurs d’abricots cherchent à sourire
Publié

VALAISLes vignerons prient le dieu soleil, les producteurs d’abricots cherchent à sourire

Entre le gel d’avril et les violentes précipitations de juillet, la météo n’a pas vraiment souri aux professionnels de la terre. Nous avons rencontré un viticulteur et un producteur d’abricots.

par
Fabrice Zwahlen

La météo impacte le travail des viticulteurs et des producteurs de fruits, notamment les abricots.

Mediaprofil

L’humagne, le diolinoir noir ou le merlot: certains cépages subissent les conséquences des importants épisodes orageux qui se sont produits depuis un mois, dans la Plaine du Rhône. «Dans la région de Leytron, il est tombé trois fois 50 litres d’eau», raconte Christian Blaser le patron de la Cave Le Bosset. «Depuis lors, le mildiou (ndlr: un parasite comparable à un champignon) infecte les deux faces des feuilles de vigne, puis certains grains de raisin, qui noircissent.» Concrètement, lorsque le mildiou apparaît, cela signifie que les feuilles ont été contaminées dix jours plus tôt. Il faut ensuite compter dix jours supplémentaires pour constater les dégâts sur le raisin.

Les vignes valaisannes (ici au-dessus de Leytron) subissent une attaque en règle du mildiou à la suite des intempéries de ces dernières semaines.

Les vignes valaisannes (ici au-dessus de Leytron) subissent une attaque en règle du mildiou à la suite des intempéries de ces dernières semaines.

20 minutes

La baisse estimée du volume de raisins atteint les 10% . Une proportion qui pourrait encore augmenter. «Tout dépendra de l’ensoleillement de ces prochaines semaines. Certitude: nous vendangerons trois semaines plus tard que ces dernières années, soit pas avant le 20-25 septembre.»

Fruits pas tous égaux

Trois mois et demi après une semaine de gel sans précédent, les producteurs valaisans de fruits ont fait leurs comptes. Si les pommes ou les poires n’ont pas été impactées, les dégâts au niveau des abricots sont immenses. Du jamais vu depuis trente ans. «On a dû lutter physiquement durant quinze nuits pour limiter les dégâts du gel. Toutefois, on peut estimer la baisse du volume à 70%», explique Fabrice Vouillamoz, producteur à Saxon. Au niveau cantonal, la perte se monte même à 85%! «Heureusement que dans mon exploitation, je produis diverses sortes de fruits et pas uniquement des abricots…»

Dans la Plaine du Rhône, quelque 70% des abricots ont subi les aléas du gel, ce printemps.

Dans la Plaine du Rhône, quelque 70% des abricots ont subi les aléas du gel, ce printemps.

20 minutes

Pour notre interlocuteur, la perte sera également qualitative. «Nous aurons davantage de fruits bons pour l’industrie et pour faire de la confiture», avoue-t-il. «Les grosses variations de températures actuelles ne font pas du bien aux abricots. Et on craint encore des épisodes de fortes pluies et/ou de grêle.» A l’échelle du canton, la production d’abricots devrait atteindre 1300 tonnes contre 8200, habituellement.

Ton opinion

30 commentaires