Neuchâtel: Les villes du Haut veulent avoir voix au chapitre
Actualisé

NeuchâtelLes villes du Haut veulent avoir voix au chapitre

Les villes du Haut se sentent délaissées par le canton et l'Hôpital neuchâtelois.

Devant les projets de poursuite du démantèlement de l'hôpital de La Chaux-de-Fonds, le président de cette ville demande à l'Etat que le Haut soit entendu. Il propose notamment de s'inspirer de ce qui a été fait dans le Jura bernois voisin.

Les exécutifs des villes du Locle et de La Chaux-de-Fonds défendent une vision différente de celle promue par le Conseil d'Etat et le conseil d'administration de l'Hôpital neuchâtelois. Et ils veulent pouvoir la présenter «sans passer pour des écervelés rétrogrades et régionalistes. Mais la réalité, c'est que le gouvernement nous tient hors-jeu», affirme Théo Huguenin-Elie dans une interview publiée vendredi dans L'Impartial et L'Express.

Début juillet, les autorités de l'hôpital (HNE) et du canton présentaient le nouveau scénario prévoyant de concentrer d'ici 2022 les soins aigus à Neuchâtel et la réadaptation dans les Montagnes, avec la construction d'un nouveau bâtiment. «Ce projet, je ne le connais pas. Il ne nous a pas été présenté et nous ne sommes pas consultés», a réagi le président de La Chaux-de-Fonds.

Modèle bernois

Les villes du Haut ont cependant déjà leur vision pour maintenir une structure hospitalière digne de ce nom dans les Montagnes. Il s'agit d'une planification hospitalière sur le modèle bernois, dont les effets se déploient notamment dans le Jura bernois: la médecine de pointe dans les grands centres (Bienne et Berne), couplée avec la mise en réseau - y compris avec le privé - de l'infrastructure existante, au lieu de son démantèlement.

L'avantage du modèle bernois, selon Théo Huguenin-Elie, c'est qu'il n'exclut personne. Il permet de poursuivre le développe,ment des hôpitaux régionaux et de profiter de la capacité d'investissement du privé, comme on le voit avec l'IRM et la radiothérapie à St-Imier.

A propos de St-Imier, la petite ville du Jura bernois quasi à la même distance de La Chaux-de-Fonds que ne l'est Neuchâtel, elle accueille toujours plus de femmes des Montagnes neuchâteloises. Celles-ci y viennent accoucher depuis la fermeture de la maternité de La Chaux-de-Fonds, la seule de Suisse de cette importante (600 à 650 naissances par an) qui a été fermée, «à ma connaissance», souligne le président de La Chaux-de-Fonds. Et ces hospitalisations hors canton ont un coût, ajoute-t-il.

Bénéfices

Au contraire, le modèle bernois a permis à l'Hôpital du Jura bernois, doté de deux sites à Moutier et St-Imier qui dépendent du Centre hospitalier de Bienne, de dégager un bénéfice de 200'000 francs, selon M.Huguenin-Elie. Une gageure sachant que la plupart des hôpitaux sont déficitaires.

Le président de La Chaux-de-Fonds ne perd pas espoir, mais reste perplexe. Chaque fois que nous tentons de présenter nos arguments au Conseil d'Etat, ce dernier balaie notre modèle d'un revers de main, avec - j'ose le mot - un certain mépris», déclare-t-il dans la presse régionale. (ats)

Ton opinion