Les villes font le ménage dans leurs cours d'école
Actualisé

Les villes font le ménage dans leurs cours d'école

Une vague de déprédations dans les préaux des écoles a poussé la Ville à modifier son règlement de police. Quelques jours plus tôt, Chavannes-près-Renens restreignait l'accès aux abords de trois de ses établissements.

A Morges, tout jeu est désormais interdit dans les cours d'école entre 22 h et 7 h. Il est également interdit d'y venir avec son chien. A Chavannes-près-Renens, l'accès aux préaux est depuis peu interdit en dehors des horaires scolaires, sous peine d'amende. D'autres villes du canton font face à des déprédations commises par des jeunes qui squattent les cours d'école le soir ou la nuit. Mais elles ne les appréhendent pas toutes de la même manière.

«Les préaux sont des lieux publics et doivent le rester, déclare Daniel von Siebenthal, municipal chargé de l'Education à Yverdon-les-Bains. Au lieu de les fermer, nous avons privilégié la voie du dialogue.» Un travail a été réalisé, notamment avec des éducateurs de rue, et des associations de quartier ont été créées.

A Renens, la surveillance policière a été accrue aux abords des écoles durant la nuit. «Nous envisageons également d'améliorer l'éclairage de ces lieux», explique Olivier Golaz, municipal de la Jeunesse.

C'est la solution que Vevey a adoptée. «Nous avons équipé une cour de collège d'un système d'éclairage se déclenchant lorsqu'une présence est détectée», explique Alexandre Bays, chef du service de l'Education.

Cédric Alber

Ton opinion