Les violences post-électorales ont fait plus de 250 morts
Actualisé

Les violences post-électorales ont fait plus de 250 morts

Kisumu - Au moins 66 cadavres ont été découverts mardi au Kenya après une nouvelle nuit d'émeutes et d'affrontements inter- ethniques. Ces décès portent à plus de 250 le nombre de morts depuis les élections générales du 27 décembre.

Quarante-huit cadavres, dont ceux de trois enfants, ont été apportés dans la nuit de lundi à mardi à la morgue de Kisumu (ouest), après de nouvelles émeutes, a déclaré un employé de la morgue. «44 avaient des blessures par balles récentes, quatre avaient été frappés à la machette», a-t-il précisé.

Tirer à vue

A Kisumu, au moins 53 personnes avaient été tuées auparavant lors d'opérations de la police et d'affrontements entre groupes rivaux depuis dimanche. Troisième ville du pays, Kisumu est le fief du chef de l'opposition Raila Odinga, qui a rejeté la victoire du président sortant Mwai Kibaki à la présidentielle du 27 décembre.

Dans le bidonville de Kondele, dans la ville de Kisumu, «il y a trois cadavres», qui n'ont pas été ramassés, a déclaré un habitant, John Otieno. «Les policiers ont tiré sur les gens», a-t-il ajouté.

Un couvre-feu a été imposé à Kisumu de 06H00 à 18H00 et la police «a reçu l'ordre d'abattre» ceux qui ne le respecteraient pas, avait indiqué lundi un haut responsable de la police.

251 morts en une semaine

Toujours dans l'ouest du pays, au moins 18 personnes ont été tuées pendant la nuit dans la ville d'Eldoret et ses environs, selon la police.

Les nouvelles victimes de la nuit portent à 251 le nombre de morts dans les violences qui secouent le Kenya depuis les élections générales du 27 décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources policières et de la morgue de Kisumu.

Ces violences urbaines à caractère politique sont les pires dans le pays depuis une tentative de coup d'Etat avortée en 1982.

Quelques minutes après l'annonce de la victoire de M. Kibaki dimanche, des émeutes meurtrières avaient éclaté dans les fiefs du candidat de l'opposition Raila Odinga, à Kibera, plus grand bidonville de Nairobi, et dans plusieurs villes de l'Ouest.

Ton opinion