CROISSANCE DES VEHICULES ELECTRIQUES - Les voitures essence et diesel ont-elles désormais perdu toute valeur?
Getty Images
Publié

CROISSANCE DES VÉHICULES ÉLECTRIQUESLes voitures essence et diesel ont-elles désormais perdu toute valeur?

L’électromobilité ne cesse de progresser. Roberto s’interroge sur les conséquences sur la valeur résiduelle des voitures essence et diesel.

par
Markus Peter

Question de Roberto à l’équipe d’experts de l’UPSA:

Audi vient d’annoncer qu’elle souhaite se consacrer entièrement à l’électromobilité et faire une croix sur les voitures dotées d’un moteur thermique. Quelles seront les conséquences de cette décision sur la valeur résiduelle de mon véhicule? Si j’achète une voiture neuve, la concession reprendra-t-elle mon diesel actuel ou celui-ci ne vaut-il plus rien?

Réponse de Markus Peter de l’UPSA:

Cher Roberto,

Merci beaucoup pour votre question très intéressante. Plusieurs constructeurs automobiles ont annoncé leur intention de ne plus fabriquer de voitures essence et diesel. Vous évoquez Audi, mais sa maison-mère, le groupe VW, a déjà indiqué en 2019 qu’il cesserait de développer des moteurs à combustion dès 2026.

C’est le mot «développement» qui compte ici. VW ne concevra plus de voitures munies d’un moteur thermique, mais le groupe allemand continuera de les produire et de les vendre. Les experts estiment que la production et la vente de voitures dotées d’un moteur à combustion se poursuivront jusqu’en 2030 et que leur valeur résiduelle restera relativement stable d’ici là. Dans cette discussion, il ne faut pas non plus oublier que l’introduction de l’électromobilité prendra probablement encore plus de temps dans d’autres régions du monde, car ni le pouvoir d’achat ni l’électricité ne sont comparables à la situation qui prévaut dans les pays industrialisés. En outre, l’âge moyen des véhicules de tourisme est d’environ neuf ans en Suisse. Autrement dit, le moteur thermique continuera de dominer le parc automobile existant pendant un certain temps.

Le moteur thermique continuera de dominer le parc automobile existant pendant un certain temps.

Markus Peter, UPSA

Les prix des bonnes voitures d’occasion ont même tendance à augmenter actuellement. La production de voitures neuves n’a été ralentie que par la pandémie de coronavirus, assortie de fermetures d’usines qui ont parfois duré plusieurs semaines, et par la crise des semi-conducteurs. Les délais de livraison se rallongent dans certains cas, ce qui a un impact sur le marché de l’occasion. Citons des chiffres concrets: en juin 2019, une voiture de tourisme d’occasion coûtait en moyenne 25’079 francs en Suisse d’après l’indice du marché d’AutoScout24. En juin 2021, cette valeur est passée à 26’614 francs, soit 6% de plus.

À court terme, la valeur résiduelle des voitures essence et diesel d’occasion ne devrait donc pas baisser. À long terme, les prix de l’essence, du gazole et de l’électricité joueront un rôle de premier plan. L’évolution de ces prix en Suisse dépendra de nombreux facteurs tels que le cours du pétrole brut, la fiscalité, les conditions-cadres politiques, la demande, etc. Il est donc difficile de faire des prévisions fiables.

À court terme, la valeur résiduelle des voitures essence et diesel d’occasion ne devrait donc pas baisser.

Markus Peter, UPSA

Conclusion: nous ne nous attendons pas à une diminution soudaine des valeurs résiduelles, mais plutôt à un effacement en douceur du moteur thermique. Les nombreuses voitures essence et diesel qui sillonnent nos routes continueront d’être utilisées avant d’être retirées progressivement de la circulation au cours des dix à vingt prochaines années. Certaines d’entre elles seront conservées pendant des décennies en tant que voitures rétro.

Bonne route!

Envoyez simplement vos questions par e-mail à l’adresse autoratgeber@20minuten.ch. Les questions d’actualité les plus intéressantes, ainsi que leurs réponses, seront publiées chaque semaine sous le prénom de l’auteur dans la rubrique Lifestyle de «20 minutes».

L’UPSA est l’association des garagistes suisses. Quelque 4000 entreprises comptant 39’000 collaborateurs au total (dont 9000 jeunes en formation initiale et continue) veillent à ce que nous puissions circuler de manière fiable, sûre et écoefficiente. L’équipe d’experts qui répond à vos questions est composée de: Markus Aegerter (Commerce et Prestations), Olivier Maeder (Formation), Markus Peter (Technique et Environnement) et la juriste de l’UPSA, Olivia Solari (Droit).

Ton opinion