Berne: Les voitures grossissent, les places de parc, non

Publié

BerneLes voitures grossissent, les places de parc, non

En 25 ans, les véhicules se sont élargis de 7 cm en moyenne. Mais l’espace dans les parkings, lui, n’a pas bougé d’un iota.

par
jbm
Il n’est pas rare de voir les véhicules déborder des cases de stationnement ou n’avoir plus guère d’espace de chaque côté.

Il n’est pas rare de voir les véhicules déborder des cases de stationnement ou n’avoir plus guère d’espace de chaque côté.

Tamedia

L’auto de Monsieur et de Madame Tout-le-Monde a pris de l’embonpoint, notamment avec l’arrivée des tout-terrain. Et même la «petite» VW Golf a gagné 20 cm en largeur depuis 1970.

Ce qui n’a pas changé, par contre, ce sont les dimensions des routes, des garages et des places de parc. Depuis un certain temps, les experts planchent sur des mesures à prendre pour répondre à cette réalité. Ainsi, l’Association suisse des professionnels de la route et des transports (VSS) veut adapter les normes, lesquelles sont parfois contraignantes dans certains cantons. Selon elle, un espace de stationnement standard devrait faire 2,50 m de large, avec une possibilité de 10 cm supplémentaires pour les endroits où les places ont une durée limite de stationnement, comme près des commerces. Actuellement, la largeur standard des places de stationnement privées est de 2,35 m et de 2,50 m pour les places de stationnement publiques. La longueur devrait passer de 5,70 m actuellement à 6 m, rapporte la «NZZ am Sonntag».

Changements à coordonner

Pour Renate Amstutz, directrice de l’Union des villes suisses, le dimensionnement des places de parc pour voitures doit être étudié en harmonie avec tous les autres usagers de l’espace urbain. «De plus grandes places de parking peuvent augmenter les zones de conflit», craint Renate Am­stutz. Elle préconise plutôt une étude des situations au cas par cas et non en appliquant de nouvelles normes contraignantes.

Que d’accidents!

Les statistiques des accidents montrent que les parkings posent de plus en plus de problèmes aux conducteurs. Chez l’assureur Allianz, le nombre de collisions dans les parcs est ainsi passé de 7700 à 26’800 cas par an en quinze ans. Et ce malgré le fait que les véhicules soient équipés de capteurs. Reste que plus d’un cas sur deux de dommages à une voiture chez Allianz peut être attribué au stationnement.

Ton opinion