vol à l'étalage: «Les voleurs savent qu'ils ne risquent rien»

Actualisé

vol à l'étalage«Les voleurs savent qu'ils ne risquent rien»

Les bandes spécialisées dans le vol à l'étalage redoublent d'activité. Grogne des commerçants.

«C'est de pire en pire, se révolte Roberto Orons. Des vols, il y en a presque chaque jour. C'est un énorme problème.» Directeur du magasin de vêtements Le Mouton à 5 Pattes, à Lausanne, il est en première ligne face aux bandes spécialisées dans le vol à l'étalage.

«Ces personnes sont véritablement très bien organisées», indique Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale. Preuve en sont les récentes interpellations par les douaniers. Il y a quelques jours, deux Géorgiens étaient arrêtés après la découverte dans leur Mercedes d'un cabas tapissé d'alu permettant de frauder les portiques de sécurité. Des aimants servant à retirer les antivols avaient aussi été trouvés. Ce week-end, ce sont quatre Mongols qui ont été appréhendés avec un sac doublé d'alu.

«La technique, c'est bien, mais ce n'est pas suffisant», explique Christian Python à propos des bornes antivol. Fondateur d'une entreprise qui gère la sécurité des centres commerciaux, il insiste sur le rôle des vendeurs. «Ils doivent être observateurs. Que ce soit pour conseiller les clients ou déceler les comportements suspects.» Ce qui n'est pas toujours possible.

«On retrouve souvent des antivols arrachés», soupire Roberto Orons. Pour Christian Python, le peu de sévérité des sanctions rend la Suisse attrayante aux yeux des voleurs. «Ils savent qu'ils ne risquent rien. La justice est le maillon faible.»

(cpa/sej)

La cambriole dégringole

«On est de nouveau dans une période normale», constate Philippe Jaton à la police cantonale. Depuis près d’un mois, le nombre de cambriolages de logements approche de nouveau 60 par semaine. Entre novembre et février, ce chiffre avait explosé, atteignant jusqu’à 160 habitations visitées en sept jours. «Des cambrioleurs ont été arrêtés et la prévention porte peut-être ses fruits, se hasarde Philippe Jaton. Malgré cette baisse, il faut rester très vigilant.»

Ton opinion