Actualisé 15.06.2010 à 19:42

Mondial 2010

Les vuvuzelas s'arrachent en magasin

En Suisse aussi, les fans se ruent sur la trompette au bruit assourdissant. Des magasins signalent même une rupture des stocks.

de
cga/pom/fab
Institution en Afrique du Sud, la trompette envahit la Suisse.

Institution en Afrique du Sud, la trompette envahit la Suisse.

Elles énervent tout le monde, mais on se les arrache. C'est le paradoxe de la vuvuzela, star incomprise de ce début de Mondial. Maillots ou drapeaux n'ont qu'à bien se tenir: c'est désormais sur la trompette sud-africaine que les fans se ruent. En Suisse, si Migros et Coop n'en vendent pas, d'autres ont flairé la bonne occasion. Bien leur en a pris.

«On en avait encore 50 samedi et elles sont toutes parties», explique une vendeuse d'Athleticum. Chez Ochsner Sport, du centre Métropole 2000, à Lausanne, la pénurie est arrivée encore plus vite. L'enseigne a vendu les vuvuzelas pendant un bon mois, mais depuis le début de la Coupe du monde, c'est la rupture de stock. Même constat dans le magasin, plutôt spécialiste du bricolage, Obi. C'est finalement en station-service, notamment chez Shell, qu'on a le plus de chances de s'en procurer.

Dans les fan zones aussi, les vuvuzelas pullulent et remplacent petit à petit le son, plus aigu, des klaxons. Mardi à Ouchy, une poignée de supporters portugais et ivoiriens s'amusaient à souffler dans la fameuse trompette. Le vacarme était cependant bien loin du bruit d'essaim d'abeilles que l'on entend devant certains matches à la TV. «Ce n'est pas non plus assourdissant, ceux qui veulent être au calme n'ont pas à travailler ici», explique Jordan, vendeur à Ouchy. La recrudescence est également constatée devant d'autres écrans géants, à Genève­ ou Vevey. «L'avantage, par rapport au klaxon, c'est qu'on ne peut pas tomber à court de gaz», rigole Nicolas Brunner, responsable de la fan zone de la Riviera.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!