Actualisé 17.01.2013 à 15:17

Saint-Barthélémy (VD)

Les Wawrinka ne prendront pas la porte

Contestés et invités à partir dans un rapport, les parents du tennisman pourront continuer de travailler au Centre social et curatif.

de
Frédéric Nejad
Fondateurs de la Ferme du Château, Wolfram et Isabelle Wawrinka se disent «heureux» de rester au CSC et de la «clarté de la situation» désormais.

Fondateurs de la Ferme du Château, Wolfram et Isabelle Wawrinka se disent «heureux» de rester au CSC et de la «clarté de la situation» désormais.

Retournement de situation à la Ferme du Château de Saint-Barthélémy. Institution subventionnée par le Canton et dédiée aux handicapés, le Centre social et curatif (CSC) du Gros-de-Vaud a traversé ces dernières années une grave crise. Cette situation qui nuisait aux résidents a amené le Conseil d'Etat à demander une enquête administrative en 2010.

Le rapport a été rendu en 2012. De nombreuses têtes sont alors tombées à la direction et au Conseil de fondation. Le conseiller d'Etat Pierre-Yves Maillard et la nouvelle direc­trice ad interim Josiane Antille parlaient de torts partagés. Ils confirmaient que les parents du joueur de tennis devaient aussi partir.

Une «diabolisation»

«Je devais en effet accompagner Isabelle et Wolfram Wawrinka vers un nouveau projet professionnel en dehors du CSC, admet Josiane Antille, dont le mandat prend fin en avril. Et j'ai dû assainir une situation délicate. Mais j'ai fini par réaliser que ce ­couple a été victime d'une diabolisation de certains, avec des accusations souvent infondées.»

Nombreux dérapages de part et d'autre

Josiane Antille regrette les nombreux dérapages au sein du CSC, y compris ceux du couple Wawrinka. Mais elle a constaté que la «quasi unanimité des résidents et leurs parents ne souhaitaient pas leur départ, sinon ils quitteraient le CSC eux aussi. «Le vrai problème était l'absence de gouvernance et d'anticipation. Désormais, la situation est saine.»

Olivier Morand nommé nouveau directeur du Centre social et curatif

Âgé de 44 ans, Olivier Morand a été choisi comme directeur du CSC par une commission mixte canton de Vaud/institution. Actif dans des établissements socio-éducatif depuis de nombreuses années, il entrera en fonction au 1er avril 2013. Olivier Morand n'est pas d'obédience antroposophe, mais promesse a été faite aux intervenants du CSC ainsi qu'aux parents des résidents que ce courant de pensée et de spiritualité perdurera dans l'institution de Saint-Barthélémy.

L'organigramme du CSC a aussi été modifié. Le nouveau directeur désignera deux directeurs adjoints. L'un pour le Château (avec un aspect plus porté sur l'éducatif), l'autre pour la Ferme (avec un aspect plus socio-professionnel); celle-ci, où travaille le couple Wawrinka, jouira d'une plus grande autonomie.

Wolfram Wawrinka occupe la fonction de responsable des ateliers agricoles et son épouse Isabelle sera responsable des ateliers tea-room, boulangerie et restauration de la Ferme.

«Nous avons finalement été entendus»

Isabelle Wawrinka nous a déclaré mercredi être très contente: «Nous avons finalement été entendus. Il y a enfin de la clareté, attendue et demandée depuis si longtemps, alors que nous avons mis toute notre énergie toute notre vie pour les résidents de la Ferme du CSC.»

Pierre-Yves Maillard relativise la décision: «L'audit a été largement suivi et la situation s'est grandement améliorée.» Et de préciser qu'une autorité claire est désormais en place au CSC. Mais quid de la recommandation du rapport cantonal visant les Wawrinka, qui n'est finalement pas suivie par la directrice ad interim? «Madame Antille et le nouveau conseil ont décidé de leur maintien avec un nouveau cadre. Ce qui compte, c'est que les problèmes ne réapparaissent pas, nous y veillerons.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!