France: Les yeux rouges, Bendaoud pète les plombs au tribunal

Publié

FranceLes yeux rouges, Bendaoud pète les plombs au tribunal

Jugé en appel pour «recel de malfaiteurs terroristes», Jawad Bendaoud s'est violemment énervé mercredi matin. L'audience a été suspendue.

Le président de la Cour d'appel de Paris a dû prononcer une suspension d'audience mercredi matin, après un coup de colère de Jawad Bendaoud, jugé pour avoir logé deux jihadistes auteurs des attentats du 13 novembre 2015 en France. «Vous me lancez des petites phrases, des petites piques depuis tout à l'heure. À un moment, ça va péter», a dit, très énervé, le prévenu au président, moins de trois heures après le début de son interrogatoire.

«Votre vérité change», «Vous êtes quand même très souvent contradictoire avec vous-même», avait relevé plusieurs fois le président, en mettant en avant des différences dans les déclarations de Jawad Bendaoud.

«Mettez-moi 6 ans»

«Depuis 8 mois (quand il avait été relaxé en première instance, ndlr), je me démerde tout seul. Pas de RSA, pas de psychologue», a-t-il hurlé, les yeux rouges, en tapant sur le pupitre à la barre. Les gendarmes se sont rapprochés, puis le président a annoncé une suspension de 10 minutes. «Mettez-moi 6 ans», a-t-il lancé: «J'ai plus rien à perdre».

Jawad Bendaoud, jugé pour «recel de malfaiteurs terroristes», comparaît libre, contrairement à son procès de première instance, au cours duquel il ne s'était jamais énervé aussi violemment. Après la suspension, Jawad Bendaoud est revenu à la barre, apparemment plus calme. Le procès en appel a démarré le 21 novembre, mais cette journée d'audience est la première qui lui est consacrée.

(AFP)

Ton opinion