Phénomène: Les youtubeuses du crime crèvent l’écran
Instagram baileysarian
Publié

PhénomèneLes youtubeuses du crime crèvent l’écran

Avez-vous déjà entendu parler de Bailey Sarian, de Sonya Lwu ou de Victoria Charlton? Ces youtubeuses d’un genre particulier passionnent les internautes.

par
Camille Pagella

«Je vous laisse vous installer bien confortablement, éteindre vos lumières et dès que vous êtes prêts, c’est parti!» Sonya Lwu, youtubeuse, ne parlera pas de mode, de gaming, de déco ou de beauté à ses 190’000 abonnés. Non, aujourd’hui, la Française leur raconte l’histoire de Kim Jong-nam, demi-frère de Kim Jong-un actuel leader de la Corée du Nord, abattu froidement à l’aéroport de Kuala Lumpur en février 2017. Vingt-huit minutes de frissons pendant lesquelles la jeune femme reviendra sur la biographie des protagonistes, exposera les faits et hypothèses pouvant aider à élucider ce cold case (affaire non résolue), le tout sur une petite musique digne d’un film d’horreur. Mais Sonya Lwu n’en est pas à son coup d’essai. Sa chaîne YouTube en témoigne: depuis près de deux ans, elle a conté à ses abonnés le parcours de dizaines d’autres meurtriers comme Andrew Cunanan, assassin de Gianni Versace, le Norvégien Anders Breivik ou encore Albert Fish, surnommé le terrifiant mangeur d’enfants.

«Murder, Mystery and Makeup»

Cela n’étonnera personne, la tendance nous vient des États-Unis. Là-bas, elles sont des dizaines à se spécialiser dans le fait divers, à l’instar de Bailey Sarian, une makeup artist âgée de 32 ans. Il y a quelques années, elle a lancé une série de vidéos pour le moins originale intitulée «Murder, Mystery and Makeup» et compte aujourd’hui plus de 4,1 millions d’abonnés. Le concept? La Californienne, mi-Nikkie Tutorials mi-Christophe Hondelatte, se maquille face caméra tout en revenant sur un «true crime» qui a fait trembler les États-Unis.

Profitant d’un regain d’intérêt pour les faits divers, ces youtubeuses avertissent cependant leurs abonnés en début de vidéos. «Mes vidéos sont le fruit d’un travail de recherche et de synthèse de lectures, de documentaires, d’informations issues d’internet et de mes connaissances personnelles, écrit Sonya Lwu dans son générique. Gardez l’esprit critique, je peux avoir tort, je peux me tromper, je ne prétends pas avoir le savoir absolu.» Car si ces vidéos sont d’un nouveau genre, elles n’apportent souvent aucune réponse crédible à ces affaires non résolues. Mais ce n’est pas ce qui intéresse Sonya Lwu. Ce qu’elle souhaite mettre en avant c’est principalement la psychologie des tueurs en série. Passionnée depuis l’enfance par des émissions du genre «Faites entrer l’accusé», c’est pendant des études en criminologie que la jeune femme a décidé de se lancer sur YouTube.

Victoria Charlton a trouvé sa spécialité: les disparitions. Sous l’œil de ses 540’000 abonnés en quête de frissons, la Québécoise, âgée de 28 ans, décortique les disparitions inquiétantes et mène ses propres enquêtes en n’hésitant pas à contacter les proches des victimes. Aujourd’hui, à coups de deux vidéos par semaine, la jeune femme parvient à vivre de son activité et œuvre bénévolement pour The Doe Network, une ONG travaillant à la recherche de personnes portées disparues. Au mois de mars prochain, Victoria Charlton publiera d’ailleurs le deuxième tome de son livre «Gardez l’œil ouvert», regroupant quinze affaires inquiétantes. «Gardez l’œil ouvert», c’est aussi comme ça que se concluent toutes les vidéos de Victoria Charlton.

Ton opinion

1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

Circo Loco

20.02.2021, 10:14

Parentologie : mon fils veut devenir youtubeur, c’est grave, docteur ? Circo L😷C🤔