L’escroc ecclésiastique passera un an derrière les barreaux

Publié

VaudL’escroc ecclésiastique  passera un an derrière les barreaux

Le Tribunal de Lausanne a sanctionné de 30 mois de prison dont 12 ferme un ex-cadre de l’église catholique qui avait mis en place un système corruptif autour d’un chantier.

par
Marc Fragnière
Le tribunal d'arrondissement de Lausanne à Montbenon où le jugement a été lu.

Le tribunal d'arrondissement de Lausanne à Montbenon où le jugement a été lu.

VQH/Philippe Maeder

Vice-président d’une fondation paroissiale, Victor* avait élaboré un plan minutieux lui permettant de toucher des pots-de-vin contre l’attribution de travaux sur un chantier lausannois devisé à 5,6 millions de francs. Safet*, son complice ainsi que trois autres hommes, dont les entreprises avaient profité de ce système illicite ont également été punis. Un sixième prévenu a lui été libéré des charges qui pesaient à son encontre. 

Pour gestion déloyale aggravée, blanchiment d’argent et corruption passive, le tribunal pénal a suivi le procureur qui avait requis 30 mois de prison contre Victor. «La cour a même hésité à augmenter la peine réclamée par le Ministère public», a déclaré le président du tribunal lors de la lecture du jugement. En effet, les juges ont estimé que l’attitude de Victor s’apparentait à une véritable trahison envers la fondation dans laquelle il opérait en tant que cadre. La cour lausannoise a également fustigé le cynisme, le déni total et l’absence de prise de conscience de cet ancien élu PDC. Victor a toutefois obtenu un sursis partiel et ne passera qu’un an derrière les barreaux.

Safet a été reconnu coupable de complicité de gestion déloyale aggravée et de corruption passive. Il a écopé d’une peine de 24 mois de prison. Il en purgera neuf, le reste de la peine étant assorti du sursis. Les trois autres entrepreneurs ont écopé de jours-amende avec sursis et d’amendes complémentaires pour leur implication dans l’affaire. Les juges ont également décrété que les cinq prévenus devraient rembourser la fondation et s’acquitter des frais de justice. Les  avocats des condamnés ont déjà annoncé leur intention de faire appel.

*Prénom d’emprunt

Ton opinion