01.07.2015 à 18:14

Portugal/Italie

Lésés par le franc fort, ils respirent un peu mieux

Des employés italiens et portugais, dont le salaire a fondu en janvier, ont eu droit à des compensations.

de
David Maccabez
La façade du Consulat d'Italie, à Genève.

La façade du Consulat d'Italie, à Genève.

L'abandon du taux plancher franc-euro a été ressenti comme un coup de massue par certains des employés d'Etat portugais et italiens de Suisse. Additionné au renforcement progressif du franc face à l'euro des années précédentes et aux coupes budgétaires, il avait fait fondre leur revenu de 40 voire 50%.

Après des mois de bataille, ils respirent un peu mieux. L'Etat portugais a consenti à compenser rétroactivement la perte générée par la fin du taux plancher et a renoncé à des économies de 10%, imposées par le budget 2015. Leur revenu a, au total, été augmenté de 21%. «Ce n'est pas encore gagné, tempère toutefois Mario Silva, délégué syndical à la mission du Portugal à l'ONU. L'automne prochain, le Parlement devra voter le budget 2016 et ces arrangements ne survivront peut-être pas. Mais c'est déjà mieux que rien.» Côté italien, où une vingtaine de personnes payées en euros ont été touchées, les salaires ont été revus à la hausse de 10%, en principe définitivement.

Mais d'un côté comme de l'autre, les sommes perdues avant janvier ne sont toujours pas amorties. Les employés du consulat d'Italie de Lugano (TI) ont lancé notamment lancé une procédure dans leur pays, il y deux ans, pour les récupérer. Mais la décision tarde à tomber.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!