Inondations au Japon: L’Etat promet 3,5 milliards pour tout reconstruire

Actualisé

Inondations au JaponL’Etat promet 3,5 milliards pour tout reconstruire

Les inondations dévastatrices ont jusqu’à aujourd’hui fait 72 morts dans le pays et mobilisé près de 130’000 sauveteurs. Les recherches se poursuivent pour retrouver une dizaine de personnes portées disparues.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a promis lundi un budget de 400 milliards de yens (3,52 milliards de francs) pour reconstruire les régions du pays récemment dévastées par des inondations et glissements de terrain ayant fait au moins 72 morts.

M. Abe a fait cette annonce lors d'un déplacement dans la préfecture de Kumamoto, dans l'île de Kyushu (sud-ouest du Japon), la plus touchée par des pluies torrentielles il y a près de dix jours, qui ont ensuite aussi touché des régions du centre du pays. «Nous ferons tout ce que nous pouvons», a assuré le Premier ministre, qui s'est notamment recueilli quelques instants devant une maison de retraite à la mémoire de 14 résidents qui y ont péri noyés, piégés par les inondations.

130’000 sauveteurs

Le bilan total de ces violentes intempéries s'établit actuellement à 72 morts, mais les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver une dizaine de personnes toujours considérées comme portées disparues.

1 / 5
Yatsushiro a subit d’immenses dégâts.

Yatsushiro a subit d’immenses dégâts.

AFP
A Takayama, des routes ont été détruites.

A Takayama, des routes ont été détruites.

AFP
Un glissement de terrain a fait plusieurs disparus à Tsunagi.

Un glissement de terrain a fait plusieurs disparus à Tsunagi.

AFP

Jusqu'à 130’000 sauveteurs, dont de nombreux membres des Forces japonaises d'autodéfense, avaient été mobilisés la semaine dernière pour évacuer des milliers d'habitants bloqués par les inondations et glissements de terrain ayant rendu de nombreuses routes et ponts impraticables. Le Japon étant actuellement en pleine saison des pluies, l'Agence météorologique nationale a prévenu lundi que de violentes intempéries restaient encore à craindre.

(AFPE)

Ton opinion

0 commentaires