Suisse - L’Etat recommande le télétravail, les patrons imposent le retour au bureau
Publié

SuisseL’État recommande le télétravail, les patrons imposent le retour au bureau

Des salariés s’interrogent sur les contraintes imposées par leurs employeurs alors que la Confédération préconise toujours le travail à domicile.

par
Yannick Weber
Depuis la rentrée, il semble que les patrons demandent davantage de présence au bureau à leurs employés.

Depuis la rentrée, il semble que les patrons demandent davantage de présence au bureau à leurs employés.

20min/Matthias Spicher

«Il reste recommandé de travailler à domicile, en accord avec son employeur.» Le site de l’OFSP est clair: bien que non obligatoire depuis fin mai, le télétravail est toujours encouragé. Cet été, dans de nombreuses entreprises, il flottait un air de liberté: ceux qui préféraient rester à la maison comme avant pouvaient souvent le faire sans devoir se justifier.

Tournus par équipes

Or depuis la rentrée, le ton a changé. Plusieurs témoignages de lecteurs font état d’un certain tour de vis de la part des patrons, qui poussent pour faire revenir leurs salariés au bureau, voire qui les y obligent. Les politiques varient.

Pour certains, deux ou trois jours de travail à domicile sont autorisés en alternance chaque semaine, mais à des jours fixes et avec un système de tournus au sein des équipes. Parfois, le télétravail est possible mais limité et uniquement s’il est justifié et sur autorisation préalable du supérieur. «On se demande pourquoi tout à coup c'est aussi strict, avec une obligation totale du retour au moins 3 jours par semaine alors qu'on ne connaît pas le pourcentage de collègues non-vaccinés par exemple», remarque une Vaudoise employée d'une grande entreprise.

OFSP contre Larousse

Tout dépend en fait de l’interprétation que chacun fait du terme «recommandation». Le dictionnaire n’aidera pas ceux qui résistent au retour au bureau. Le Larousse a beau définir «recommander» comme étant le fait «d’exhorter quelqu’un à faire quelque chose», l’OFSP prend le parti des employeurs et y lit autre chose.

«Le télétravail est recommandé. Les entreprises ont donc le droit d’exiger que leurs employés se rendent sur leur lieu de travail», tranche Grégoire Gogniat, porte-parole de l’OFSP. «En revanche, cela ne s’applique pas aux employés vulnérables, qui doivent bénéficier de plans de protection pour pouvoir travailler sur site», ajoute-t-il. Les sociétés qui font revenir leurs employés au bureau sont en outre nombreuses à continuer à proposer (ou imposer) des tests de dépistages pour leurs employés, notamment les non-vaccinés.

Ton opinion

150 commentaires