Genève – L’Etat va subventionner des repas à 5 francs à l’Uni
Publié

GenèveL’Etat va subventionner des repas à 5 francs à l’Uni

Le Canton va financer jusqu’en août des repas bon marché pour les étudiants genevois.

Les étudiants avaient squatté la cafétéria d’Uni Mail pour réclamer des repas à bas prix.

Les étudiants avaient squatté la cafétéria d’Uni Mail pour réclamer des repas à bas prix.

20min/dra

Une offre de repas à 5 francs sera proposée dès le 6 décembre dans les cafétérias de l’Université de Genève (UNIGE) et de la Haute école spécialisée de Genève (HES-SO GE). Le Conseil d’Etat a annoncé mercredi cette mesure qui fait suite à une motion socialiste votée au Grand Conseil en juillet dernier. Celle-ci réclamait le retour d’une offre à 3 francs, comme cela avait été le cas en mai et juin pour soutenir les étudiants en difficulté financière en raison de la crise sanitaire. «C'est une solution qui permet de répondre à très court terme à une certaine attente et à une réalité: la précarité de certains étudiants en raison du Covid, qui a rendu plus difficile l'accès à des jobs rémunérés», a déclaré le président de l’exécutif cantonal, Serge Dal Busco.

Une subvention de près d’un million

L’offre sera subventionnée à hauteur de 3,90 francs jusqu’à la rentrée prochaine, grâce à un crédit supplémentaire accordé à l’Université d’un montant de 975’000 francs. Elle sera uniquement destinée aux étudiants à raison d’un repas par jour, avec un contrôle via une application en cours d’élaboration.

Dès août prochain, ce seront aux responsables de cafétéria d’assumer eux-mêmes l’intégralité de cette offre, qui sera pérenne, comme l’ont prévu les hautes écoles. «L'Etat subventionne les repas à 5 francs jusqu'à la rentrée 2022, car il s'agit de la date jusqu'à laquelle courent les mandats des prestataires, actuellement en cours de renouvellement», a expliqué la chancelière d’Etat, Michelle Righetti.

Cafétéria occupée

La faîtière des associations d’étudiants, la CUAE, avait réclamé le retour de repas à bas prix et avait organisé plusieurs actions pour se faire entendre: des repas à prix libres devant Uni Mail et l’occupation pendant près de deux semaines de la cafétéria du bâtiment, au début du mois. Quelque 600 plats quotidiens à bas prix ou à prix libres avaient été distribués. La CUAE avait levé le camp le 15 novembre, estimant que la confiance avec le rectorat était «enfin rétablie» et les garanties «réunies».

(leo)

Ton opinion

30 commentaires