Quadruple meurtre dans l’Idaho: L’étrange attitude de la colocataire survivante

Publié

Quadruple meurtre dans l’IdahoL’étrange attitude de la colocataire survivante

Selon un rapport de police publié jeudi, l’une des rescapées de la tuerie de Moscow s’est retrouvée nez à nez avec le suspect. Les autorités n’ont pourtant été alertées que six heures plus tard.

Dylan Mortensen (à gauche, avec Kaylee Goncalves et Madison Mogen) a été épargnée par le tueur.

Dylan Mortensen (à gauche, avec Kaylee Goncalves et Madison Mogen) a été épargnée par le tueur.

Instagram

L’affaire donne du fil à retordre aux autorités et passionne les internautes. Mi-novembre à Moscow (Idaho), quatre étudiants étaient massacrés dans leur sommeil, dans la maison qu’ils louaient non loin du campus de l’Université de l’Idaho. Selon la presse locale, la scène de crime était si épouvantable que plusieurs policiers ont craqué sur les lieux. Pendant des semaines, l’enquête a semblé patiner, les autorités ne parvenant pas à identifier le moindre suspect.

Un spectaculaire rebondissement est survenu le 30 décembre, quand la police de Moscow a annoncé l’arrestation de Bryan Kohberger, un jeune homme de 28 ans, doctorant en criminologie et droit pénal. Discrètes, les autorités ont attendu plusieurs jours pour expliquer ce qui les avait conduites à ce suspect. Jeudi, elles ont enfin rendu public leur rapport. Ce long document détaille la longue et fastidieuse enquête menée par les forces de l’ordre.

On y apprend notamment que l’ADN de Kohberger retrouvé sur la scène de crime a été prélevé sur l’étui d’un couteau retrouvé près des corps de Maddie Mogen et de Kaylee Goncalves. Jeudi, la demande de libération sous caution de Bryan Kohberger a été refusée, et le jeune homme doit apparaître une nouvelle fois au tribunal, le 12 janvier. Bien que très fourni, le rapport de police ne répond pas à plusieurs questions qui continuent de turlupiner les médias et les internautes. Et le comportement de Dylan Mortensen, l’une des deux survivantes de la tuerie, interroge.

Pourquoi la jeune femme, qui s’est retrouvée nez à nez avec le tueur, a-t-elle attendu six heures avant d’alerter la police? Selon le document publié par les autorités, Dylan a été réveillée en pleine nuit par des bruits de bagarre et a ouvert sa porte. D’après ce qu’elle a raconté aux enquêteurs, l’étudiante a alors vu un homme habillé tout en noir et portant un masque, écrit le «New York Post». «Il y a quelqu’un ici», aurait lancé une de ses colocataires. Dylan a expliqué à la police que l’individu s’est alors dirigé vers elle et qu’elle s’est «figée, en état de choc».

Pour une raison que l’on ignore encore, le suspect est passé à côté d’elle sans lui faire de mal. Bethany Funke, qui vivait aussi dans cette maison, a également été épargnée. Le rapport n’explique pas pourquoi les deux jeunes femmes ont eu la vie sauve, ni pourquoi la police n’a été alertée qu’à 11h58. L’identité de l’auteur de l’appel n’a pas été révélée. La peur a-t-elle paralysé l’étudiante durant tout ce temps? La police, elle, ne considère ni Dylan, ni Bethany, comme suspectes.

Le rapport n’explique pas non plus pourquoi Kaylee Goncalves, Maddie Mogen, Xana Kernodle et Ethan Chapin ont été ciblées cette nuit-là. Selon le document, Bryan Kohberger avait espionné la maison des étudiants au moins douze fois avant le quadruple meurtre. Les causes de la mort des victimes ne figurent pas non plus dans le rapport. Affaire à suivre, donc…

(joc)

Ton opinion

51 commentaires