Actualisé 31.03.2011 à 17:07

Attentat à OltenLettre piégée à la Fédération du nucléaire

Une lettre piégée a explosé dans un bâtiment abritant la Fédération des exploitants nucléaires, à Olten, jeudi matin. Deux personnes ont été blessées.

par
amc/meg/cbx/ats
Une bombe a explosé jeudi matin au siège de la Fédération des exploitants nucléaires.(Image: Google-Street View)

Une bombe a explosé jeudi matin au siège de la Fédération des exploitants nucléaires.(Image: Google-Street View)

Peu après 8 heures, jeudi matin, une lettre piégée a explosé dans un bâtiment à Olten, touchant la Fédération des exploitants nucléaires Swissnuclear. L'explosion s'est produite au 4e étage de l'immeuble de la rue de Frohburgstrasse 17, qui a été bouclé par la police soleuroise. La bombe se trouvait dans une enveloppe en papier cartonné, adressée à swissnuclear en caractères imprimés. Elle a explosé lorsque l'une des deux employées l'a ouverte.

Les deux collaboratrices ont été légèrement blessées. L'une souffre de blessures cutanées superficielles aux bras et à la poitrine, l'autre de problèmes d'ouïe. Elles ont été hospitalisées, précise la police soleuroise.

Trois autres personnes se trouvaient dans les bureaux de swissnuclear au moment de l'explosion. Elles n'ont pas été touchées.

L'explosion a provoqué une «importante détonation», a décrit Urs Eggenschwiler, porte-parole de la police cantonale, face aux médias. Le bureau touché par l'explosion est «sens dessus dessous», a-t-il ajouté sans donner davantage de détails sur le type d'explosif utilisé.

On ignore pour l'heure qui est à l'origine de l'attaque. «Nous cherchons dans toutes les directions et suivons tous les indices», commente Urs Eggenschwiler. Les services scientifiques de la police cantonale de Zurich se sont joints à l'enquête.

L'attentat pourrait avoir un caractère politique en plein débat sur le nucléaire, suscité par la catastrophe de Fukushima, au Japon. Au moment de l'explosion, une trentaine de militants de l'organisation écologiste Greenpeace manifestaient également à Olten, devant le siège d'Alpiq.

Après la déflagration, la filiale UBS située dans le même bâtiment a été évacuée durant près d'une heure. Elle a rouvert à 9 heures. Contrairement à ce qui avait été précédemment annoncé dans la matinée par une source policière, l'attentat ne visait pas cette banque.

Manifestation de Greenpeace devant Alpiq

Greenpeace était pour sa part présent à Olten, jeudi, pour manifester devant les locaux du géant de l'électricité Alpiq. Contactée, la porte-parole de l'organisation écologique, Sarah Chevalier, accusait le coup. «Nous ne sommes pas du tout au courant. Nous sommes fondamentalement non-violents. Ce n'est pas du tout notre façon d'agir. Nous privilégions des campagnes médiatiques pour faire avancer notre cause.»

Le chargé de campagne dans le domaine du nucléaire à Greenpeace Suisse, Florian Kasser, était lui-même sur place pour l'action de l'organisation écologique, devant le siège d'Alpiq, avec une trentaine de personnes. «Greenpeace se distancie avec la plus grande fermeté de cet attentat. Nous n'avons absolument rien à voir. Nos principes se basent sur la non-violence et nous n'agirions pas pareillement.»

Au vu des circonstances, l'action de Greenpeace a été suspendue jusqu'à nouvel ordre. Elle visait à pousser Alpiq à retirer son projet de nouvelle centrale nucléaire à Gösgen. Dans un communiqué, l'ONG précise exiger «le retrait définitif de la demande d'autorisation générale de construction de nouvelles centrales nucléaires en Suisse».

Une grande lâcheté

De telles attaques anonymes sont de la plus grande lâcheté, selon les Verts. Cette attentat «n'a absolument rien à voir avec le mouvement anti-nucléaire en Suisse ou à l'étranger», soulignent les Verts dans un communiqué diffusé jeudi. Ils espèrent qu'il n'y aura pas d'autres attaques de ce genre.

Blessures superficielles

La déflagration s'est produite au 4e étage d'un immeuble de bureaux qui abrite également une filiale de l'UBS, indique la police soleuroise. Les deux victimes étaient en train d'ouvrir le courrier du matin.

La bombe se trouvait dans une enveloppe en papier cartonné, adressée à swissnuclear en caractères imprimés. Elle a explosé lorsque l'une des deux employées l'a ouverte.

Les deux collaboratrices ont été légèrement blessées. L'une souffre de blessures cutanées superficielles aux bras et à la poitrine, l'autre de problèmes d'ouïe. Elles ont été hospitalisées, précise la police.

Trois autres personnes se trouvaient dans les bureaux de swissnuclear au moment de l'explosion. Elles n'ont pas été touchées.

UBS évacuée

L'explosion a provoqué une «importante détonation», a décrit Urs Eggenschwiler, porte-parole de la police cantonale, face aux médias. Le bureau concerné est «sens dessus dessous», a-t-il ajouté sans donner davantage de détails sur le type d'explosif utilisé.

Après la déflagration, la filiale UBS située dans le même bâtiment a été évacuée durant près d'une heure. Elle a rouvert à 09h00.

Devenez lecteur reporter

2020, ou pour les clients Orange au 079 375 87 39 (70 centimes par MMS). Ou alors envoyez-les par e-mail à: .

Vous pouvez aussi nous les faire parvenir via nos applications iPhone et Android.

Si votre image est publiée dans notre journal, vous pouvez toucher jusqu'à 100 francs.

Swissnuclear indisponible

Swissnuclear est une fédération qui regroupe les exploitants suisses de centrales nucléaires, notamment Alpiq, Axpo, BKW FMB. L'organisation «s'engage en faveur du fonctionnement sûr et économique des centrales nucléaires suisses», selon son site internet. Contacté par l'AFP, Swissnuclear n'était pas dans l'immédiat disponible.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!