coronavirus - «L’Euro de football est un terrain idéal pour le virus»
Publié

coronavirus«L’Euro de football est un terrain idéal pour le virus»

Pour la Task Force Covid-19 de la Confédération, le championnat de football participe à la propagation du coronavirus et à l’amplification de la pandémie.

par
nci
Pour le vice-président de la Task Force Covid-19, Urs Karrer, l’Euro est un danger pour l’évolution de la situation épidémiologique.

Pour le vice-président de la Task Force Covid-19, Urs Karrer, l’Euro est un danger pour l’évolution de la situation épidémiologique.

Marc Dahinden

Dans une interview accordée au SonntagsBlick, Urs Karrer, médecin-chef à l'hôpital cantonal de Winterthour et vice-président de la Task Force s’inquiète des conséquences de l’Euro 2020 de football sur la situation pandémique.

«Il ne fait aucun doute que ce tournoi est un moteur des infections», a-t-il déclaré. Il rappelle que de nombreuses infections de masses liées à l’événement sportif ont été relevées. Près de 2000 fans écossais ont été contaminés à Londres, alors que des centaines de Finlandais l’ont été à Saint-Pétersbourg.

Pour Urs Karrer, les mesures de protection devraient être beaucoup plus cohérentes: «la situation épidémiologique en Europe ne permet pas d’organiser de tels événements de masse sans contrôle.»

«Les émotions sont l'opposé du contrôle»

Le quotidien alémanique a questionné le vice-président de la Task Force sur l’éventuel besoin d’un retour à la normalité. Il réplique: «je suis moi-même un fan de football et je comprends tous ceux qui applaudissent». Mais «les émotions sont l'opposé du contrôle. Tout ce qui alimente la pandémie la prolonge.»

Il est difficile de prévoir l’évolution de la situation sanitaire de manière précise selon Urs Karrer. L’impact réel du championnat de football devrait être mesurable dans quelques semaines. Il s’agit toutefois de vérifier de près ses effets.

Même si la situation épidémiologique reste bonne en Suisse, la proportion des infections au variant Delta augmente. La haute transmissibilité du variant est aujourd’hui certaine. «Nous devons faire attention à ne pas nous retrouver avec une quatrième vague en Suisse.» a ajouté l’expert, avant de rappeler l’importance d’augmenter la cadence de la vaccination.

Ton opinion

214 commentaires