Canton du Jura: Levée de boucliers contre les bus low-cost
Actualisé

Canton du JuraLevée de boucliers contre les bus low-cost

Une pétition réunissant plus de 4000 signatures a été remise à la chancellerie cantonale. Elle exige notamment que la CCT s'applique à la future libéralisation des bus.

Les pétitionnaires demandent que la libéralisation du réseau des bus ne débouche pas sur une sous-enchère salariale.

Les pétitionnaires demandent que la libéralisation du réseau des bus ne débouche pas sur une sous-enchère salariale.

Keystone

Le Syndicat du personnel des transports (SEV) et syndicom ont remis mercredi à la chancellerie cantonale jurassienne une pétition munie de 4000 signatures pour prévenir une sous-enchère salariale lors de l'ouverture du réseau de bus à la concurrence. Ils redoutent aussi que cette politique n'entraîne une baisse de la qualité des prestations.

Le gouvernement jurassien a annoncé en mai dernier qu'il mettait l'ensemble des lignes régionales au concours au printemps 2018. Ce processus concerne 28 lignes de bus régionales et 13 lignes du réseau de bus nocturne.

Pour les deux syndicats, cette libéralisation des lignes de bus est susceptible d'avoir des conséquences néfastes pour les usagers, pour la population et pour le personnel des entreprises qui se partagent l'exploitation des lignes, aujourd'hui CarPostal et les Chemins de fer du Jura (CJ).

Les signataires de la pétition demandent donc au gouvernement d'inclure dans le futur appel d'offres l'obligation de conclure une Convention collective de travail (CCT) avec les partenaires sociaux. Les conditions de travail et salariales usuelles de la région devront figurer dans cette CCT.

«Il n'est pas question que des entreprises puissent soumissionner en offrant des conditions de travail au rabais. Et on ne parle pas seulement des salaires mais aussi des horaires du personnel roulant», a déclaré Jean-Pierre Etique, secrétaire syndical SEV.

Assurances du canton

Le canton du Jura assure qu'il accordera une attention particulière aux conditions de travail des employés. «Les mises au concours ne doivent pas servir à faire baisser les salaires en dessous du niveau en usage dans la branche», écrivait-il lors de l'annonce de l'ouverture de son réseau de bus à la concurrence.

Les autorités ont justifié cette libéralisation en expliquant que les propositions faites au printemps par CarPostal pour 2018 n'étaient pas acceptables. Elles attendent de ce processus de libéralisation qu'il améliore l'efficacité du réseau et préserve la qualité des transports publics dans la région. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion