Alain Berset en conférence de presse - «Lever les mesures est un processus et il peut aller très vite»

Publié

Alain Berset en conférence de presse«Lever les mesures est un processus et il peut aller très vite»

Le conseiller fédéral s’est exprimé après une visite dans un hôpital cantonal. Les décisions peuvent tomber tout bientôt, mais il n’y aura pas de «freedom day» comme dans d’autres pays.

Le conseiller fédéral s’est montré sous un jour très optimiste, vendredi.

Le conseiller fédéral s’est montré sous un jour très optimiste, vendredi.

20min

Alain Berset a visité vendredi, l’hôpital cantonal d’Argovie et ce qu’il a vu l’a conforté: les mesures sanitaires vont pouvoir être levées bientôt. «La situation est bien meilleure qu’il y a deux ou trois semaines», a-t-il dit lors d’une conférence de presse organisée à l’issue de la visite.

Parmi les premières mesures qui pourraient tomber: l’obligation du télétravail deviendra une simple recommandation, et les quarantaines des cas contact pourront être levées. Comme l’a rappelé le ministre, ces deux points ont déjà fait l’objet d’une consultation auprès des cantons et le Conseil fédéral peut décider de la suite à leur donner. La décision pourrait par exemple être prise dès mercredi prochain.

On ne joue pas à la guerre

Le reste pourrait suivre assez rapidement. Pourtant, Alain Berset ne veut pas parler de «freedom day», comme l’ont labelisé d’autres pays et comme l’ont réclamé, mardi, une alliance d’organisations économiques et d’élus de droite.

«Le concept de «freedom day» est un concept plutôt guerrier, et la Suisse n’a pas coutume d’utiliser ce genre de langage. D’autres pays le font, pas nous», a-t-il dit, remarquant que le Royaume-Uni, en été dernier, l’avait déjà tenté, «et ça n’a pas vraiment été un succès…», a remarqué le chef du département de la Santé.

«Ce processus peut aller très vite»

Plutôt qu’une levée en bloc, le conseiller fédéral voit une levée par étapes. «La sortie des mesures est un processus, mais ce processus peut aller très vite», a-t-il affirmé. Alors, après le télétravail et les quarantaines, de quoi viendra-t-on à bout? «Les restrictions pour les rencontres privées et l’obligation du certificat Covid» sont les pistes principales, selon Alain Berset.

«Ce que j’ai vu à l’hôpital, c’est qu’on n’a plus de crainte d’une surcharge du système hospitalier, il y a une décrue constante et régulière des personnes en soins intensifs, même s’il en reste une partie importante en soins aigus», a-t-il constaté. «On ne peut pas justifier de mesures dures dans cette situation et on peut donc envisager de les réduire de manière très rapide», a-t-il insisté.

Une autre phase

Alain Berset a voulu le rappeler: la levée des mesures ne signifie pas la fin de la pandémie, mais l’entrée dans une autre phase. À la question de savoir comment convaincre ceux qui ne l’ont pas encore fait de recevoir un booster alors qu’on va lever les mesures, il a dit: «C’est grâce au booster que la situation est bonne, où en serions-nous sans cela?» La pandémie sera toujours là, mais n’aura plus le même impact sur le système hospitalier. En revanche, le bénéfice de la vaccination, aussi au plan individuel, sera lui aussi toujours là.

(ywe)

Ton opinion

268 commentaires