Athlétisme – L’ex-coach de Mujinga Kambundji, Rana Reider, dans la tourmente

Publié

AthlétismeL’ex-coach de Mujinga Kambundji, Rana Reider, dans la tourmente

L’entraîneur américain, qui a notamment collaboré avec les Suisses Mujinga Kambundji et Jason Joseph, est accusé de «comportements sexuels abusifs» selon le Guardian.

par
Sport-Center
Rana Reider (à gauche), ici avec l’athlète néerlandaise Dafne Schippers.

Rana Reider (à gauche), ici avec l’athlète néerlandaise Dafne Schippers.

AFP


Rana Reider, l’un des entraîneurs à succès de l’athlétisme mondial, ferait l’objet d’une enquête par le «US Center for SafeSport» pour des «comportements sexuels abusifs».

Cet organisme indépendant gère les enquêtes et les plaintes liées aux abus et mauvaises conduites dans les sports olympiques aux Etats-Unis. Selon des révélations du Guardian, plusieurs plaintes auraient été déposées contre Rana Reider.

Le coach américain de 51 ans a amené plusieurs athlètes vers la gloire, comme Andre de Grasse, champion olympique du 200 m à Tokyo ou le triple champion du monde du triple saut Christian Taylor.

Collaboration avec Kambundji et Joseph

Mais des athlètes suisses ont également été supervisés par Reider. C’est le cas de la Bernoise Mujinga Kambundji, qui a collaboré en 2018 avec Rana Reider lors d’un camp de trois semaines.

Le Bâlois Jason Joseph, lui, a effectué un camp d’entraînement au Tumbleweed Track Club basé en Floride l’hiver passé. Le spécialiste du 110m haies et champion d’Europe M23 est toujours entraîné par l’Américain.

Selon le Guardian, les allégations contre Reider auraient poussé la fédération britannique d’athlétisme (UK Athletics) à inciter ses athlètes Adam Gemili (champion du monde du 4x100 m en 2017) et Daryll Neita (bronze olympique aux JO de Tokyo lors du relais 4x100) à cesser leur collaboration avec le coach américain jusqu’à la fin de l’enquête. L’UKA a également déconseillé à d’autres athlètes britanniques qui avaient prévu de déménager aux Etats-Unis de le faire.

Contacté par le média britannique, Rana Reider a nié être au courant de l’enquête de SafeSport. Son avocat, Ryan Steven, a déclaré que les allégations contre son client n’étaient «pas vérifiées» et «non prouvées» et qu’elles devaient faire l’objet d’une enquête approfondie.

Ton opinion

5 commentaires