05.11.2020 à 11:38

TennisL’ex-compagne de Zverev: «À Genève, il m’a giflée»

Confortée dans sa démarche par les messages de soutien qu’elle a reçus, Olga Sharypova a fait de nouveaux aveux cette semaine sur la supposée violence conjugale de l’Allemand.

par
Sport-Center
Olya Sharypova et Alexander Zverev, au temps où ils étaient amoureux.

Olya Sharypova et Alexander Zverev, au temps où ils étaient amoureux.

Instagram @olyasharypova

Olga Sharypova persiste et signe. Après avoir raconté la semaine dernière sur instagram puis à un média de son pays qu’elle avait été victime de violence conjugale de la part de son ex-compagnon Alexander Zverev – elle avait notamment déclaré que Sascha avait essayé de l’étouffer avec un oreiller lors de l’US Open 2019 à New York –, la jeune Russe (23 ans) en a rajouté une couche cette semaine dans les colonnes du Bild.

«La suite, c’est ce qui s'est passé à Genève. C'est très difficile pour moi d'en parler. Cela me fait mal car la situation était grave. (…) L’année dernière, lors de la Laver Cup (ndlr: soit juste après l’US Open), il m’a giflée. Je ne savais pas quoi faire. (…) Il y avait de la violence physique mais aussi psychologique qui a existé tout au long de notre relation. Il m'a toujours dit: ‘Tu n'es rien, tu n'as rien. J'ai de l'argent, je réussis. Et toi? Tu n'as rien!’»

Avant de pointer un aspect contradictoire: «Il a toujours sa famille autour de lui. Moi j'étais seule. Mes proches étaient à Moscou. Je ne pouvais pas leur en parler. Ils auraient été choqués et m'auraient dit de rentrer. Mais je l’aimais. Quand j’ai voulu rompre, il m'appelait toujours. Quand j'ai bloqué son numéro, il a appelé mes parents et mes amis. Mais quand nous étions ensemble, il y avait toujours cette violence émotionnelle.»

Instagram

Olga Sharypova affirme détenir des preuves. «J’ai des SMS et des photos. Il doit y avoir les images des caméras de l'hôtel de New York. Ce serait bien qu'elles sortent. Mentalement, ce n’était pas évident pour moi de me replonger dans cette période de ma vie. Mais je veux être forte. J’ai reçu beaucoup de messages de soutien et lu des histoires de femmes qui ont vécu la même chose que moi. Ça me conforte dans ce que je fais.»

Zverev réagit

Interrogé mercredi soir sur les accusations de son ancienne petite amie, Alexander Zverev, vainqueur de son premier match au Masters 1000 de Paris-Bercy face au Serbe Miomir Kecmanovic, a botté en touche plus qu’autre chose. «Écoutez, j’ai déjà tout dit sur mon Instagram. Il n’y a rien que je puisse ajouter à l’heure actuelle. Je suis ici pour jouer au tennis. Cette relation s’est terminée il y a très longtemps. Je profite de mon temps sur le court. Ces allégations ne sont pas vraies, il n’y a rien que je puisse dire de plus en ce moment.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
53 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

kkk

05.11.2020 à 15:34

je suis profondément triste de voir qu'encore aujourd'hui, quand une femme se dit victime de violences, c'est sûrement parce qu'elle a envie de se faire du fric.... si toutes les femmes se faisait de l'argent à chaque fois qu'elles se faisaient taper, la répartition des richesses serait sûrement plus équitable...

Abuseuse

05.11.2020 à 15:09

Monsieur le juge, il a refusé de me donner des mio quand on s’est séparé. Alors cet argent, je le prends

ARGENT

05.11.2020 à 15:04

Elle espère toucher le pactole