Votations 15 mai: les 3 objets et leurs enjeux en un coup d'oeil
Actualisé

Votations fédérales du 15 maiLex Netflix, Frontex et don d’organes: les trois objets en un coup d’œil

La population est appelée à voter sur trois référendums ce dimanche. Découvrez les enjeux de ces trois sujets en résumé.

par
Pauline Rumpf
Yannick Weber
Christine Talos
Trois objets sont soumis au peuple le 15 mai.

Trois objets sont soumis au peuple le 15 mai.

20min/Vanessa Lam

Résultats des votations du 15 mai

Référendum contre la nouvelle loi sur le cinéma

Baptisée Lex Netflix, peut-être pour rendre le sujet plus sexy, la nouvelle loi sur le cinéma votée en octobre par le Parlement propose de forcer les plateformes de streaming à investir dans la production cinématographique suisse. Netflix, Disney+, Amazone Prime ou encore le service de Swisscom BlueTV devraient donc la soutenir à hauteur de 4% de leur chiffre d’affaires en Suisse. La production européenne, elle, devrait représenter 30% de leur catalogue. Si cet objectif n’est pas atteint, ces 4% seraient convertis en taxe.

À l’origine du référendum, les sections jeunes du PLR, de l’UDC et des Vert’libéraux, qui craignent que cela ne fasse grimper le prix des abos. Ils rappellent que le cinéma suisse est déjà subventionné et estiment que cette proposition est antilibérale. Pour les partisans de la loi, au contraire, il s’agit d’une mesure destinée à faire rayonner la Suisse et sa culture; ils estiment que le poids sur les entreprises est modéré, elles dont les bénéfices faits en Suisse partent intégralement à l’étranger.

Pour aller plus loin

Référendum contre le consentement présumé pour le don d’organes

À l’origine, c’était une initiative, «Pour sauver des vies en favorisant le don d’organes». Les Suisses voteront finalement sur son contre-projet, qui prévoit que chacun soit considéré comme un donneur d’organes potentiel s’il n’a pas exprimé son désaccord avant sa mort. Cependant, il s’agit d’un consentement présumé «au sens large»: les proches pourraient toujours s’y opposer s’il n’existe pas de consentement explicite du défunt. Ce qui change peu du modèle actuel dans lequel n’est donneur que celui qui y a consenti avant sa mort, faute de quoi ce sont ses proches qui décident.

Les arguments présentés sont souvent très émotionnels. Les uns craignent que la volonté d’une personne ne soit transgressée après sa mort dans un modèle de consentement présumé. Les autres rappellent qu’un changement permettrait de sauver des vies, puisque des centaines de personnes se trouvent sur liste d’attente et que des dizaines en meurent.

Pour aller plus loin

Référendum contre le renforcement de Frontex

Un vote suisse sur un sujet européen. Alors que le Parlement avait accepté l’augmentation de l’enveloppe versée à l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex), passant de 24 millions par an en 2021 à 61 millions en 2027, la gauche et un collectif de soutien aux migrants s’y sont opposés par voie de référendum.

Pour les opposants à Frontex, il s’agirait de refuser une organisation qui participe aux violations des droits humains commis envers les migrants, notamment en Méditerranée. En face, le Conseil fédéral rappelle que du soutien à cette agence dépend l’adhésion de la Suisse à l’espace Schengen, et propose de régler ces problèmes de l’intérieur.

Pour aller plus loin

Ton opinion

93 commentaires