Vaud - L’histoire du genre sera enseignée à l’école
Publié

VaudL’histoire du genre sera enseignée à l’école

Pour cette rentrée, de nouveaux outils pour sensibiliser les écoliers à l’égalité filles-garçons ont été mis à disposition des enseignants vaudois.

par
Gaëlle Monayron
«Je ne crois pas que les enseignants soient réfractaires à parler du genre», estime le président du SER.

«Je ne crois pas que les enseignants soient réfractaires à parler du genre», estime le président du SER.

Jean-Paul Guinnard/24 heures

Les écoliers ont retrouvé les bancs de l’école depuis quelques jours, avec, pour les élèves du cycle 3 (soit dès la 9e Harmos), une petite nouveauté. Certaines périodes de leurs cours d’Histoire seront désormais axées sur l’histoire du genre. Trois nouveaux modules relatifs à cette thématique ont été mis à disposition des enseignants vaudois, répondant ainsi aux objectifs fixés par le plan d’études romand. Six autres séquences sont également en cours de rédaction, et devraient être prêtes d’ici à la rentrée 2022.

La démarche a pour but de donner une visibilité aux femmes du passé, afin d’offrir davantage de modèles d’identification aux filles. Elle se concentrera également sur la mise en lumière des mécanismes de pouvoir propres aux sociétés du passé, dans le but de mettre en avant l’égalité filles-garçons. Les documents didactiques mis à disposition des enseignants sont notamment accompagnés d’indications pédagogiques qui mettent en évidence les écueils à éviter. Toutefois, «les enseignants ne sont pas obligés d’utiliser ces séquences», précise Julien Schekter, porte-parole du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC).

Cette nouveauté réjouit beaucoup Géraldine Dubuis, présidente du Centre de liaison des associations féminines vaudoises. «C’est une excellente avancée pour permettre la déconstruction des inégalités de genre. L’école est un lieu de sociabilisation qui doit s’interroger sur la manière dont elle intègre l’égalité femmes-hommes à son fonctionnement, et dénoncer les stéréotypes. Dans cette optique, il faut veiller à offrir aux enfants un enseignement exempt de stéréotypes.»

«L’enjeu principal, c’est de former les enseignants sur le sujet afin qu’ils puissent l’aborder sereinement en classe, estime Samuel Rohrbach, président du Syndicat des enseignants romands (SER). Il y a des différences selon les cantons, mais globalement on constate qu’il y a de gros efforts qui sont faits dans l’enseignement de ce genre de thématique.»

Dans la même lignée, l’école vaudoise souhaite également mettre davantage de lumière sur la question climatique. Des séquences d’histoire environnementale sont en cours de rédaction, afin de pouvoir aborder dans le cadre scolaire les délicates questions qui s’y rattachent. «Ces compléments seront mis progressivement à disposition jusqu’à la rentrée 2023», explique Jennifer Valtuena, collaboratrice pédagogique du DFJC. Ils permettront ainsi aux élèves d’aborder les enjeux de la crise environnementale d’un point de vue historique et socioécologique, mais aussi géographique.

Ton opinion

96 commentaires