France - L’homme d’affaires Arnaud Mimran soupçonné de meurtre
Publié

FranceL’homme d’affaires Arnaud Mimran soupçonné de meurtre

Arnaud Mimran, homme d’affaires impliqué dans une escroquerie géante sur le marché du CO₂ a été arrêté, suite à deux homicides commis en 2010 et 2011.

L’homme d’affaires français Arnaud Mimran, ici en 2016 lors d’une audience du procès lié à l’affaire dite de «la taxe carbone».

L’homme d’affaires français Arnaud Mimran, ici en 2016 lors d’une audience du procès lié à l’affaire dite de «la taxe carbone».

AFP

Une avancée majeure dix ans après: le sulfureux homme d’affaires Arnaud Mimran, figure de l’escroquerie géante à la TVA sur le marché du carbone, a été mis en examen jeudi pour le meurtre en 2011 du milliardaire Claude Dray et en 2010 d’une autre figure de l’affaire de la taxe carbone, Samy Souied.

Les juges d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris ont mis en examen celui qui est souvent qualifié de «golden-boy» issu d’une famille aisée pour «assassinat» dans le dossier de M. Dray et pour «meurtre en bande organisée» dans le dossier de M. Souied, selon une source judiciaire, confirmant une information du Monde. M. Mimran a été placé en détention provisoire, a indiqué cette source, alors qu’il était déjà incarcéré pour l’affaire de la «taxe carbone», selon une source proche du dossier.

Son avocat, Me Jean-Marc Fedida, n’a pas souhaité faire de commentaires. M. Mimran ainsi qu’un proche, Farid Khider, ancien champion de boxe thaï qui avait participé au télécrochet «La Ferme célébrités», étaient en garde à vue depuis mardi à la Brigade criminelle. Une source proche du dossier a assuré vendredi en fin de matinée que M. Khider était de son côté toujours en garde à vue, tout comme l’un de ses frères, Djoudi-Mourad Khider, ainsi que l’a annoncé Le Point.

Cette double mise en examen de M. Mimran constitue une avancée majeure dans ces deux dossiers. En octobre 2011, le milliardaire Claude Dray, âgé de 76 ans, avait été trouvé mort dans sa luxueuse villa de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Pas d’effraction, pas de vol, des mobiles à foison: son meurtre est longtemps resté une énigme pour les enquêteurs. Dès 2013, une source proche de l’enquête avait toutefois évoqué l’éventuelle culpabilité de M. Mimran, ex-époux de l’une des filles de Claude Dray avec qui il était alors en conflit, qualifiée de «seule piste qui reste».

«La vérité enfin connue»

«La mise en examen de M. Mimran confirme nos soupçons», a déclaré vendredi l’un des avocats de la famille, Me Cyril Bonan. «Après plus de dix années, la famille espère que la vérité soit enfin connue et tient à remercier les enquêteurs et les juges qui n’ont jamais abandonné leurs investigations», a poursuivi Me Bonan, «Claude Dray était un homme intègre qui a payé de sa vie son intransigeance. Sa famille continuera de se battre pour que son crime ne reste impuni».

L’autre dossier est celui de Samy Souied, considéré comme l’une des figures de cette «escroquerie du siècle» sur le marché des quotas d’émissions de CO2 en 2008-2009 et longtemps proche de M. Mimran, a qui il avait été présenté par un troisième homme, Marco Mouly, habitué des tables de poker de Las Vegas. Samy Souied, déjà mis en cause dans les années 2000 pour des dossiers d’escroquerie, a été assassiné en septembre 2010, Porte Maillot à Paris, par deux hommes juchés sur un scooter.

«Ça fait dix ans que nous nous battons pour la manifestation de la vérité. Il y a eu beaucoup de lenteurs dans ce dossier. M. Mimran, c’est une piste que nous avions demandé de creuser», s’est réjouie Me Sylvie Messica Sitbon, une avocate de la famille Souied. «C’est un grand soulagement pour les parties civiles qui attendent depuis plus de dix ans ce moment et aussi le fait que la justice ait enfin fait son travail pour la vérité», a déclaré Me David-Olivier Kaminski, autre avocat de la famille.

Fin juin 2017, Arnaud Mimran a été condamné en appel à huit ans d’emprisonnement et un million d’euros d’amende dans l’affaire dite de la «taxe carbone», vaste fraude à la TVA sur le marché des droits à polluer. Avec Marco Mouly et cinq autres prévenus, ils avaient été condamnés à verser 283 millions d’euros de dommages et intérêts à l’Etat. M. Mimran doit comparaître du 8 au 25 juin aux assises avec M. Khider et quatre autres accusés pour l’enlèvement et la séquestration en vue d’extorsion d’un richissime financier suisse en janvier 2015.

(AFP)

Ton opinion