Genève: L’hôpital, lieu d’accueil pour mineurs désemparés
Publié

GenèveL’hôpital, lieu d’accueil pour mineurs désemparés

Pour palier à la pénurie de places dans les établissements adaptés, des enfants atteints de troubles du comportement ou dont la famille est en crise se retrouvent aux HUG. Une solution qui ne fait pas l’unanimité.

par
lhu
En 2017, année qui a connu un record avec 141 jeunes en détresse hospitalisés, le Grand Conseil a accepté une motion intitulée «Pour que les hospitalisations sociales cessent!».

En 2017, année qui a connu un record avec 141 jeunes en détresse hospitalisés, le Grand Conseil a accepté une motion intitulée «Pour que les hospitalisations sociales cessent!».

Lucien FORTUNATI

En 2020, 68 enfants ont effectué un séjour aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) à l’occasion de placements dits sociaux: une mesure qui n’a pas pour but de soigner une maladie, mais d’apporter un soutien social et psychologique aux bénéficiaires. Troubles du comportement, problèmes psychiques ou rupture familiale… Les mineurs concernés traversent une période difficile. Habituellement, ces enfants rejoignent des foyers ou encore des familles d’accueil. Mais avec la pénurie de places dans les structures adaptées, ils sont placés aux HUG, rapporte la «Tribune de Genève».

Une solution de dernier recours qui ne fait pas l’unanimité. Médecins, éducateurs, élus politiques, tous s’accordent à dénoncer cette pratique. En 2017, année qui a connu un record avec 141 jeunes en détresse hospitalisés, le Grand Conseil a accepté une motion multipartis intitulée «Pour que les hospitalisations sociales cessent!». Ce dernier a invité le Conseil d’État à développer le nombre de places en foyer et à pérenniser les prestations de l’action éducative en milieu ouvert (AEMO). Trois ans plus tard, les placements en milieu hospitalier ont diminué, mais sont toujours d’actualité.

Ton opinion

70 commentaires