Actualisé 10.05.2008 à 04:30

Liban: le coup de force du Hezbollah inquiète

La prise de contrôle de Beyrouth-Ouest, à majorité musulmane, par le Hezbollah, groupe soutenu par l'Iran et la Syrie, suscite l'inquiétude tant dans le monde arabe qu'en Occident.

Le gouvernement libanais a pour sa part dénoncé un "putsch armé".

La Maison Blanche a publiquement exhorté vendredi l'Iran et la Syrie à "cesser de soutenir le Hezbollah et ses menées déstabilisatrices au Liban". Mais les responsables américains reconnaissent que leurs appels envers Damas ou Téhéran ont peu de chance d'aboutir.

La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a donc téléphoné vendredi au chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud al-Fayçal, au ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner et au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

La chef de la diplomatie américaine a en outre évoqué la situation au Liban avec le secrétaire général de la Ligue Arabe, Amr Moussa, qu'elle a reçu jeudi au département d'Etat.

L'Arabie saoudite et l'Egypte, inquiètes des possibles répercussions régionales d'un conflit entre un mouvement d'opposition chiite et un gouvernement sunnite, ont demandé la tenue d'urgence d'une réunion ministérielle de la Ligue arabe. Elle aura lieu dimanche.

Après cette réunion, le groupe informel des "Amis du Liban", qui regroupe une quinzaine de pays et organisations internationales, a prévu une conférence téléphonique lundi pour faire le point. Des consultations au Conseil de sécurité pourraient suivre le même jour, selon ce responsable.

L'Union européenne (UE) a assuré vendredi le Premier ministre libanais Fouad Siniora de son "plein soutien", selon un communiqué du diplomate en chef de l'UE Javier Solana. Se disant "très inquiet" des événements au Liban, M. Solana a ajouté "appeler toutes les parties à agir avec responsabilité et à trouver une solution à la crise via le dialogue et dans le cadre des institutions nationales", selon ce communiqué.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!